Actualités: Abiy Ahmed admet (finalement) la présence de forces érythréennes dans le Tigré Conakrylemag.com 1er site d'information en Guinée toute l'actualité en continu

Actualités: Abiy Ahmed admet (finalement) la présence de forces érythréennes dans le Tigré


(Agence Ecofin) – Depuis le début de la crise au Tigré en novembre 2020, plusieurs rapports d’ONG ont accusé les armées érythréennes et éthiopiennes d’exactions dans la région. Malgré les témoignages recueillis auprès des réfugiés, Abiy Ahmed et son homologue érythréen ont toujours réfuté ces allégations.
Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed (photo), a admis le mardi 23 mars 2021, la présence des forces armées érythréennes dans le Tigré. Le dirigeant s’exprimait lors d’un discours prononcé devant le Parlement.
Dans son propos, il a expliqué que les troupes érythréennes avaient traversé la frontière et étaient entrées dans la région parce qu’elles craignaient des attaques de la part du Front populaire de libération du peuple du Tigré (TPLF) qui pendant ses années de pouvoir a été un ennemi de longue date d’Asmara. Selon lui, une entente avait été conclue pour que les soldats érythréens se retirent de la région une fois que l’armée éthiopienne serait à nouveau en mesure d’assurer la sécurité à la frontière.
« Cependant, après que l’armée érythréenne a franchi la frontière et opéré en Ethiopie, tous les dommages qu’elle a causés à notre peuple sont inacceptables. Nous ne l’acceptons pas parce que c’est l’armée érythréenne, et nous ne l’accepterions pas si c’était nos soldats », a fini par condamner le Premier ministre. Et d’ajouter : « la campagne militaire était contre nos ennemis clairement ciblés, pas contre le peuple. Nous en avons discuté quatre ou cinq fois avec le gouvernement érythréen ».
Cette déclaration intervient après qu’Addis-Abeba et Asmara ont longtemps démenti les accusations faisant état d’une présence des forces érythréennes dans le Tigré. Sur la base des témoignages de nombreux habitants de la région, plusieurs organisations de défense de droit de l’homme ont rapporté des exactions commises par les deux armées contre les populations. Une situation qu’a toujours niée le gouvernement fédéral éthiopien.

A LIRE >>  Actualités: Niger : Mohamed Bazoum nomme Ouhoumoudou Mahamadou au poste de Premier ministre

Heartbreaking accounts from victims reveal how rape is used as a weapon of war in the Tigray region of Ethiopia @nimaelbagir reports pic.twitter.com/V21K1YvRk5
— The Lead CNN (@TheLeadCNN) March 19, 2021
Depuis le début de l’année, la guerre dans le Tigré a eu un retentissement international fort qui a poussé l’ONU à demander une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il y a quelques jours, les USA par la voix de leur secrétaire d’Etat ont dénoncé « des actes de nettoyage ethnique » dans la région.
Pour rappel, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, après des mois de tensions, a déclenché début novembre 2020, des opérations militaires contre le parti alors au pouvoir dans la région du Tigré, le TPLF, l’accusant d’avoir attaqué des bases de l’armée fédérale. La violence des combats a poussé une grande partie de la population à fuir, ne dépendant plus que de l’aide alimentaire pour se nourrir.
Moutiou Adjibi Nourou

  <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.