Actualités: Mines : la SOGUIPAMI ordonne à Winning Consortium Simandou l’arrêt des opérations d’exploitation du granite Conakrylemag.com 1er site d'information en Guinée toute l'actualité en continu

Actualités: Mines : la SOGUIPAMI ordonne à Winning Consortium Simandou l’arrêt des opérations d’exploitation du granite


DCIM100MEDIADJI_0182.JPG
En ce qui concerne le projet de minerai de fer de Simandou et suite au non-respect des engagements contractuels constaté par une mission d’évaluation des obligations de Winning Consortium Simandou (WCS), menée par la Société guinéenne de patrimoine minier (Soguipami) du 25 au 28 janvier 2021, à Maféréniyah, le directeur général de la Soguipami a instruit au développeur des blocs 1 et 2 de Simandou, l’arrêt à partir de ce 16 mars, de toutes les opérations d’exploitation du granite, pourtant indispensable à la construction du port et du chemin de fer Transguinéen, relatifs au transport et à l’évacuation du minerai de fer.
Ce conflit pour non-paiement des droits et taxes minières est désormais ouvert entre les directions générales de la Soguipami et la WCS détentrice des droits d’exploitation des blocs 1 et 2 de Simandou.
En effet, l’administration minière reproche entre autres à WCS en plus du non-paiement des taxes superficiaires annuelles 2020 d’une valeur de GNF 39 745 400 dus aux communautés impactées par l’exploitation de la Carrière de Senguélen, la violation du principe de paiement à la direction nationale des Mines, de la taxe de production de 2$ par m3 de granite extrait et le défaut d’acquittement d’une rémunération de 1$ par m3 en faveur de la Soguipami.
Dans une lettre de notification de griefs du 5 février 2021 dont nous détenons copie, Mamady Fofana, le directeur général de la Soguipami a fait savoir à son homologue de WCS, Fadi Wazni que «la soguipami est obligée de vous demander d’arrêter toutes les opérations d’exploitation» de la carrière de granite de Senguélen dans la préfecture de Forécariah. Ajoutant que «la poursuite de l’exploitation par WCS après le 16 mars 2021 serait une violation des dispositions de l’arrêté d’autorisation accordé à la Soguipami et pourrait entrainer le retrait du permis à notre société».
Selon une lettre du 9 février 2021, portant sur la décision de la Soguipami, cosignée par M. Fadi Wazni directeur général de WCS et son directeur administratif Fréderic Bouzigues et qui a été transmise à la Présidence de la République et à la Présidence du Conseil d’Administration de la Soguipami, Abdoulaye Magassouba (cumulativement ministre des Mines et de la Géologie), «cette demande d’arrêt forcé le 16 mars 2021 des opérations d’exploitation par WCS de la carrière de granit constitue une violation des engagements contractuels de la Soguipami, susceptible d’engager la responsabilité de cette dernière».
Dans son argumentaire, Fadi et Fréderic rappellent dans leur missive, l’ensemble des concessions accordées aux sociétés de projet du consortium par la convention de base conclue le 9 juin 2020 (soit avant la signature du protocole entre WCS et la Soguipami) ainsi que des conventions portuaire et ferroviaire du 12 novembre 2020, pour l’exploitation et l’évacuation du minerai de fer des blocs 1 et 2 de Simandou.
Pourtant, pour palier à cela, la Soguipami qualifie de manquement à la loi par la société WCS. M. Fofana a annoncé que sur instruction du dernier conseil d’administration de la société de patrimoine «la Soguipami a décidé d’entreprendre la mise de ses propres installations d’exploitation et de traitement».
De leur côté, dès l’entame de leur courrier, Wazni et Bouzigues ont rappelé les bénéfices antérieurs du partenariat entre la SMB-Winning et la Soguipami dans divers projets notamment dans la filière bauxite à Boké et Boffa et a souhaité la poursuite de ces accords. Avant de revendiquer une avance de $7,4 millions faite à la Soguipami depuis 2016 et qu’à date près de $1,2 millions restent exigibles au service de Fofana.
Dans l’entendement de WCS qui évoque le sens de l’article 3 du protocole du 14 décembre 2020, l’exploitation directe de la carrière concédée à WCS s’étendra sur une période de six mois renouvelables qui suivra l’entrée en vigueur du permis accordés à la Soguipami à compter du 28 août 2020. Cette période sera automatiquement renouvelée jusqu’à ce que WCS atteigne son objectif de production pour la réalisation de ses constructions dans le cadre du projet de développement intégré des blocs 1 et 2 de Simandou.
Toutefois, reconnait la direction de WCS « l’exploitation de cette carrière et l’extraction du granite est essentielle à la construction des infrastructures ferroviaires et portuaires, nécessaires au développement du projet. Tout retard entrainé par la non-exécution des obligations contractuelles de la Soguipami au titre du protocole résulterait donc en des conséquences lourdes et dommageables sur l’avancement du projet ».
Sur la question de paiement des différents droits et redevance, WCS note que concernant les taxes superficiaires annuelles de 2020, il convient de noter que le protocole est entré en vigueur le 14 décembre 2020 et n’a donc été en vigueur que 17 jours au cours de l’année visée. WCS serait tout à fait disposée à payer cette taxe au prorata de la période pendant laquelle le protocole était en vigueur.
D’ailleurs, en guise de son engagement pour les communautés locales et de sa volonté à s’impliquer dans le développement de la région de Maférenyah (préfecture de Forécariah), WCS souhaite même s’engager exceptionnellement à payer la taxe superficiaire due par la Soguipami depuis l’octroi de l’autorisation d’exploitation de carrière permanente de granite le 16 septembre 2020, soit la somme de GNF 39 745 400.
Au titre de la taxe de production de 2$ par m3, WCS soutient que sur la base des dispositions de ses conventions avec la Guinée, elle est exemptée du paiement de ladite taxe à la direction nationale de Mines. Quant aux droits de rémunération de la Soguipami, Fadi et Fréderic notent que celui-ci est dû uniquement pour les volumes de granites extraits de la partie de la carrière contiguë au bail à construction de WCS et par conséquent, «depuis l’entrée en vigueur du protocole, aucune somme n’est due par WCS à la Soguipami au titre des volumes de granite extraits par WCS.»FIM FM

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Actualités: l'ancien président Didier Ratsiraka est mort à l'âge de 84 ans

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Actualités: Mines : la SOGUIPAMI ordonne à Winning Consortium Simandou l’arrêt des opérations d’exploitation du granite


DCIM100MEDIADJI_0182.JPG
En ce qui concerne le projet de minerai de fer de Simandou et suite au non-respect des engagements contractuels constaté par une mission d’évaluation des obligations de Winning Consortium Simandou (WCS), menée par la Société guinéenne de patrimoine minier (Soguipami) du 25 au 28 janvier 2021, à Maféréniyah, le directeur général de la Soguipami a instruit au développeur des blocs 1 et 2 de Simandou, l’arrêt à partir de ce 16 mars, de toutes les opérations d’exploitation du granite, pourtant indispensable à la construction du port et du chemin de fer Transguinéen, relatifs au transport et à l’évacuation du minerai de fer.
Ce conflit pour non-paiement des droits et taxes minières est désormais ouvert entre les directions générales de la Soguipami et la WCS détentrice des droits d’exploitation des blocs 1 et 2 de Simandou.
En effet, l’administration minière reproche entre autres à WCS en plus du non-paiement des taxes superficiaires annuelles 2020 d’une valeur de GNF 39 745 400 dus aux communautés impactées par l’exploitation de la Carrière de Senguélen, la violation du principe de paiement à la direction nationale des Mines, de la taxe de production de 2$ par m3 de granite extrait et le défaut d’acquittement d’une rémunération de 1$ par m3 en faveur de la Soguipami.
Dans une lettre de notification de griefs du 5 février 2021 dont nous détenons copie, Mamady Fofana, le directeur général de la Soguipami a fait savoir à son homologue de WCS, Fadi Wazni que «la soguipami est obligée de vous demander d’arrêter toutes les opérations d’exploitation» de la carrière de granite de Senguélen dans la préfecture de Forécariah. Ajoutant que «la poursuite de l’exploitation par WCS après le 16 mars 2021 serait une violation des dispositions de l’arrêté d’autorisation accordé à la Soguipami et pourrait entrainer le retrait du permis à notre société».
Selon une lettre du 9 février 2021, portant sur la décision de la Soguipami, cosignée par M. Fadi Wazni directeur général de WCS et son directeur administratif Fréderic Bouzigues et qui a été transmise à la Présidence de la République et à la Présidence du Conseil d’Administration de la Soguipami, Abdoulaye Magassouba (cumulativement ministre des Mines et de la Géologie), «cette demande d’arrêt forcé le 16 mars 2021 des opérations d’exploitation par WCS de la carrière de granit constitue une violation des engagements contractuels de la Soguipami, susceptible d’engager la responsabilité de cette dernière».
Dans son argumentaire, Fadi et Fréderic rappellent dans leur missive, l’ensemble des concessions accordées aux sociétés de projet du consortium par la convention de base conclue le 9 juin 2020 (soit avant la signature du protocole entre WCS et la Soguipami) ainsi que des conventions portuaire et ferroviaire du 12 novembre 2020, pour l’exploitation et l’évacuation du minerai de fer des blocs 1 et 2 de Simandou.
Pourtant, pour palier à cela, la Soguipami qualifie de manquement à la loi par la société WCS. M. Fofana a annoncé que sur instruction du dernier conseil d’administration de la société de patrimoine «la Soguipami a décidé d’entreprendre la mise de ses propres installations d’exploitation et de traitement».
De leur côté, dès l’entame de leur courrier, Wazni et Bouzigues ont rappelé les bénéfices antérieurs du partenariat entre la SMB-Winning et la Soguipami dans divers projets notamment dans la filière bauxite à Boké et Boffa et a souhaité la poursuite de ces accords. Avant de revendiquer une avance de $7,4 millions faite à la Soguipami depuis 2016 et qu’à date près de $1,2 millions restent exigibles au service de Fofana.
Dans l’entendement de WCS qui évoque le sens de l’article 3 du protocole du 14 décembre 2020, l’exploitation directe de la carrière concédée à WCS s’étendra sur une période de six mois renouvelables qui suivra l’entrée en vigueur du permis accordés à la Soguipami à compter du 28 août 2020. Cette période sera automatiquement renouvelée jusqu’à ce que WCS atteigne son objectif de production pour la réalisation de ses constructions dans le cadre du projet de développement intégré des blocs 1 et 2 de Simandou.
Toutefois, reconnait la direction de WCS « l’exploitation de cette carrière et l’extraction du granite est essentielle à la construction des infrastructures ferroviaires et portuaires, nécessaires au développement du projet. Tout retard entrainé par la non-exécution des obligations contractuelles de la Soguipami au titre du protocole résulterait donc en des conséquences lourdes et dommageables sur l’avancement du projet ».
Sur la question de paiement des différents droits et redevance, WCS note que concernant les taxes superficiaires annuelles de 2020, il convient de noter que le protocole est entré en vigueur le 14 décembre 2020 et n’a donc été en vigueur que 17 jours au cours de l’année visée. WCS serait tout à fait disposée à payer cette taxe au prorata de la période pendant laquelle le protocole était en vigueur.
D’ailleurs, en guise de son engagement pour les communautés locales et de sa volonté à s’impliquer dans le développement de la région de Maférenyah (préfecture de Forécariah), WCS souhaite même s’engager exceptionnellement à payer la taxe superficiaire due par la Soguipami depuis l’octroi de l’autorisation d’exploitation de carrière permanente de granite le 16 septembre 2020, soit la somme de GNF 39 745 400.
Au titre de la taxe de production de 2$ par m3, WCS soutient que sur la base des dispositions de ses conventions avec la Guinée, elle est exemptée du paiement de ladite taxe à la direction nationale de Mines. Quant aux droits de rémunération de la Soguipami, Fadi et Fréderic notent que celui-ci est dû uniquement pour les volumes de granites extraits de la partie de la carrière contiguë au bail à construction de WCS et par conséquent, «depuis l’entrée en vigueur du protocole, aucune somme n’est due par WCS à la Soguipami au titre des volumes de granite extraits par WCS.»FIM FM

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Actualités: Tchad : des organisations des droits de l’homme dénoncent des arrestations arbitraires à la veille du scrutin de dimanche

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.