Temps de lecture : 2 minutes

COMPRENDRE LE PROJET DE LA MONNAIE UNIQUE DE LA CEDEAO

Depuis la dernière réunion du 17-18 juin 2019 des ministres des finances et des experts de la CEDEAO relativement au projet de la monnaie unique, cette question alimente bien de conversations. Pour coller à notre démarche qui est de bien connaitre les sujets avant d’émettre une opinion, nous commençons aujourd’hui la publication de textes pour situer le contexte pour aider à mieux saisir les enjeux de ce projet important.

LES ETAPES DU PROJET
Le projet de création d’une zone monétaire unique de l’Afrique de l’Ouest est à la fois un projet politique et économique. Il participe de la vision d’une Afrique unie. C’est à partir de 1983 que les Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont entreprendre de nombreuses initiatives dans le but de créer une zone monétaire unique en Afrique de l’Ouest.
Les nombreux problèmes de paiements qui résultent de la divergence des zones monétaires constituent de sérieux freins au développement de la région. Il faut y apporter des solutions.

En 1999, à Lomé, les Chefs d’Etat de la CEDEAO définissent la stratégie dite « approche accélérée de l’intégration » qui consiste à la construction rapide d’une zone monétaire unique en Afrique de l’Ouest en remplacement de l’actuelle Union Monétaire de L’Afrique de L’Ouest (UMOA).
Dès lors plusieurs étapes ont définies et exécutées pour le succès de cette stratégie.

A LIRE >>  Menace terroriste en Guinée le porte parole de la gendarmerie alerte et préviens

En 2000, c’est la création de la seconde zone monétaire qui regroupe les pays autres que ceux qui sont membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et qui ont chacun une monnaie spécifique. Ces pays sont la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Libéria, le Nigeria et la Sierra Leone. C’est la ZMAO. Suite à la création de cette zone monétaire, un Institut Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (IMAO/) est lancé à Accra en janvier 2001. L’Institut est chargé de mener les études techniques devant aboutir à la création d’une nouvelle banque centrale unique à l’ensemble de la région.

La date initiale de lancement de la monnaie unique, prévue pour le 1er janvier 2003, a été reportée au 1er juillet 2005, en raison de la non adhérence par les Etats aux critères de convergence. Deux autres rendez-vous manqués de lancement ont été enregistrés, en décembre 2009 et janvier 2015.

A Accra le 21 février 2018, Les chefs d’Etats décident une fois de plus de donner un coup d’accélérateur au projet. Ils créent une ‘task force » ou groupe de travail composé de 4 chefs d’Etats du Niger, du Nigeria, du Ghana et de la Côte d’Ivoire. Leur responsabilité est de définir la feuille de route de la mise en œuvre du projet de création de la monnaie unique d’ici 2020.

Nous publierons prochainement cette feuille de route et les avantages inhérents à la monnaie unique.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.