mines-d-or crédits Reuters
mines-d-or crédits Reuters
Temps de lecture : 2 minutes

Dans l’objectif de l’exploitation d’une mine d’or située dans la préfecture de Mandaina au sud-est du pays, le gouvernement guinéen fait une projection d’investissement de 100 millions de dollars US.

100 millions de dollars. C’est la projection d’investissement qui va être déployée pour l’exploitation de la mine d’or située dans la préfecture de Mandaina (sud-est) en Guinée. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement guinéen qui vient de signer une convention d’exploitation, hier samedi, avec l’opérateur marocain Managem et la multinationale, Avocet Mining PLC. Au cours de l’exploitation de cet important gisement d’or, les sociétés exploratrices s’engagent à produire 100 mille onces d’or par an, avec la création de plus de 500 emplois directs pour les jeunes du pays.

La durée de la convention d’exploitation est de 15 ans d’activités intenses pour une réserve totale nette estimée à 7,9 millions de tonnes d’or. A travers un accord de partenariat conjoint, pour le développement de la mine d’or, les deux sociétés minières Managem et Avocet Mining PLC vont donc exploiter cette mine d’or qui s’étend sur une superficie totale de 490 km². La convention prévoit aussi une première production commerciale à la fin de l’année 2019. Des travaux de recherche sur la zone entourant le périmètre du permis d’exploitation seront également réalisés, afin d’étendre la durée de vie de la mine.

 Dernière étape : la ratification par l’Assemblée nationale en janvier…

Cela dit, pour que cette convention entre en vigueur, il faudra que l’assemblée nationale donne son aval. Une tâche qui ne sera pas pénible pour l’Exécutif qui a déjà programmé la séance de ratification pour le mois janvier prochain.

Cette annonce intervient après que Managem ait signé en octobre dernier avec Avocet un accord portant sur la cession par ce dernier d’une partie de ses participations dans le projet aurifère Tri-K. Le groupe minier marocain deviendra, ainsi, l’opérateur de référence de ce projet avec une participation en deux phases au capital de la joint-venture, à hauteur de 60% à 70%.

https://afrique.latribune.fr

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Le calvaire du citoyen guinéens le Taxi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.