A LA UNESociete & divers

La Guerre des Métisses au Rio Pongo. Mythe ou réalité ? par Paul Théa

La Guerre des Métisses au Rio Pongo. Mythe ou réalité ?

En résumé « La guerre des Métisses est présentée comme une attaque des Métisses contre les autochtones et qu’en fin de compte, les Métisses se firent massacrer ».

J’ai reçu beaucoup de questions après la publication de la guerre des Métisses comme indiqué dans la thèse de l’historien Américain Bruce Mouser. Disons, qu’il y a eu beaucoup de guerre au Rio Pongo, impliquant des Métisses ou une coalition de Métisses.

Une autre précision de taille, il n’y avait pas des centaines de Métisses dans le Rio Pongo au point de former une armée. Donc pas d’un côté, des Métisses et de l’autre, des autochtones.
A Farinya, par exemple, Nyara Beli, Métisse, avait une milice dirigée par son fils Stell mais les soldats étaient des autochtones. Précision importante pour se faire une idée de la situation.

Maintenant, je vais vous citez deux exemples avant de vous parler de la guerre des Métisses version mouser. Je vais ensuite donner mon opinion qui n’est pas dans les documents que j’ai consultés et enfin vous dire si la version des Métisses massacrés est un mythe ou une réalité. Je cite de mémoire donc pardon si je ne donne pas des dates.

  1. Bouramaya est une localité qui n’est pas dans le Rio Pongo mais la guerre qui s’y produisit, est édifiante dans la compréhension de mon analyse. Le vieux Fernandez, un Portugais, y avait une factorerie. La famille Fernandez commença la construction d’une Eglise sur un domaine que quelques Sousous réclamèrent comme leur propriétés. Le conflit domanial prit de l’ampleur au point de devenir une revendication. Un grand nombre de Sousou demanda carement, au Fernandez de quitter Bramaha sinon, ce sera la guerre. Fernadez fit appel au Wilkinson de Falanguian et au Gomez de Bakia. Des habitants du Rio Pongo. La guerre éclata, beaucoup de Sousou furent tués (armes sophistiquées contre armes blanches).

Une réunion de crise fut organisée, elle sera présidée par Uli Katty qui n’était pas encore Roi du Rio Pongo. A la fin de rénion, le vieux Fernandez est désigné chef de Bramaya et lui à son tour, désigna son fils Métisse, chef de Bramama avant de s’embarquer pour Moriah où il était impliqué dans la guerre qui s’y déroulait.

  1. Au Rio Pongo. John Ormond Sr, un Anglais qui avait fait fortune aux Iles de Los et au Rio Nunez, s’installa à Bassaya avec la bénédiction du chef Baké de Lisso. C’est lui qui fera la réputation du Rio Pongo. Les capitaines des bateaux avaient peur des grosses tempêtes en mer et de la malaria pendant la saison des pluies. Donc, il fallait vite remplir les bateaux d’esclaves et retourner au bercail pour éviter ces deux problèmes. John Ormond Sr offrait des délais de livraison imbattables. Il n’attendait pas seulement les caravanes d’esclaves du Fouta ou d’ailleurs, il faisait des razzias dans la région pour satisfaire ses clients. Les autochtones n’avaient que leurs yeux pour pleurer. John Ormond Sr tomba malade et alla mourir sur les Iles de Los. A l’annonce de son départ, des autochtones, des esclaves et l’armée du chef Baké, saccagèrent sa factorerie et tuèrent son fils qu’il y laissa.
A LIRE >>  Nagib Zaher, PDG AFRICOF n'est plus Hommage à un bâtisseur

C’est le domaine de John Ormond Sr que Benjamin Curtis acheta plus tard pour l’offrir aux missionnaires qui y installèrent leur école.
John Ormond Jr, métisse, ne pouvant plus payer ses études en Angleterre après le décès de son père, rentra au Rio Pongo. Il s’installa chez son grand-père maternel, chef de Bangalan. Ormond Jr devint chef de Bangalan après la mort de son grand père. Il sera par la suite le négrier le plus puissant du haut Pongo. A la tête de soldats bien armés, il partit pour récupérer le domaine de bassaya qu’il considérait toujours comme une propriété de son père. En réalité, il voulait étaler son emprise sur le Bas Pongo, la partie Sud du Rio Pongo.

Les familles Gomez, Wilkinson, le Chef Baké vont faire appel au Fernandez de Bramaya (qui fourniront la plus grande troupe) pour contrer John Ormond Jr. Les deux troupes croiseront le fer à Karara. C’est la bataille de Karara et la défaite de John Ormond.

  1. La guerre des Métisses telle que je connais est celle-ci. Les Anglais signèrent un traité avec Bala Bangou, Roi du Rio Pongo, mettant fin à la traite négrière. Colère de Nyara Beli et Mary Faber qui menacèrent de déclencher une guerre si ce Roi sans autorité, ne renonce pas à ce traité. Mary Faber de Sagna Paulia, Nyara Beli de Farinya et Wilkinson de Falanguia vont former une coalition militaire pour attaquer Thia la capitale du Rio Pongo. John Ormond n’était plus de ce monde donc Bangalan n’était plus puissant. Comme un Wilkinson occupait Dominya, c’est là que la coalition mettra sa base militaire.

Stell Lightburn, le fils de Nyara Beli commanda l’armée de la coalition. La veille de l’attaque, Stell est informé que des chefs Sousou et Baga ont regroupé leurs troupes à Thia pour défendre les Katty et donc une attaque aura une autre interprétation. Stell passa outre et ordonna d’attaquer. En seulement trois jours, il mit Thia à feu et à sang. Au moment où il s’apprêtait à attaquer Kissing où Thomas Curtis l’attendait de pied ferme, une nouvelle changea la donne. L’arrivée d’un renfort. Thomas Curtis abandonna sa position pour filler au Nord, il va saccager Sagna Paulia, ensuite saccager Bangalan et se diriger vers Farinya. C’est une troupe du Fouta qui s’interposa aux portes de la ville.

A LIRE >>  Guinée CNRD au pouvoir, résumé de la journée du 11 septembre 2021:

Stell ayant appris la marche de Thomas Curtis vers Farinya, il se précipita pour sauver sa mère. La confrontation n’eut pas lieu grâce à cette troupe du Fouta. Le Gouverneur, représentant du Fouta et installé à Karara, dépêcha quelques soldats pour récupérer le vieux Wilkinson, son beau-père, à Dominya. Heureusement pour ce dernier car le renfort va mettre Dominya à feu et à sang.

Quel est donc ce renfort qui a pu massacrer une coalition bien armée ? Je me suis posé cette question pendant des mois. Jusqu’au jour où je suis tombé sur le traité et sur la lettre que le Gouverneur de la Sierra Leone envoya à la couronne Britannique.
« Votre Majesté, voici le traité signé avec le Roi Bala Bangu du Rio Pongo, mettant fin à traite négrière. Les autochtones l’apprécieront car ils sont fatigués de cette pratique. Par contre, les Européens, les Américains et leurs descendants Métisses, l’attaqueront ». Il cite ces familles : Lightburn, Ormond etc. et de conclure « Rassurez-vous, Majesté, s’ils attaquent, nous les massacrerons. Nous mettrons fin à la traite négrière au Rio Pongo comme c’est le cas actuellement au Rio Nunez ».

Pour moi, il n’y a aucun doute, ce renfort est arrivé de la Sierra Leone, seule force capable d’écraser la coalition de Stell. Les négriers ne craignaient que les navires Anglais.

Les Métisses avaient le pouvoir économique et les forces militaire hérités de leurs parents, ensuite, ils acquièrent directement ou indirectement le pouvoir politique dans tout le Rio Pongo. Alors comment, ils pouvaient se faire massacrer par des autochtones qui n’avaient que des armes blanches. Certainement pas les autochtones qu’ils gouvernaient déjà.

L’histoire des Métisses écrasés par des autochtones, est à mon humble avis, un Mythe.

Pour ceux qui veulent plus de détails sur la guerre de Bramaya, de Karara et des Métisses, lisez ces postes sur ma page facebook. Tous les détails et les dates y sont.
Ces faits sont tirés de la thèse de l’historien Bruce Mouser « Mouser Dissertation 1700 to 1865 ». J’ai eu le traité et la lettre du Gouverneur sur le net.

Sur la photo : l’homme en blanc est Karamoko Baba, descendant de Nyara Beli et de son troisième mari, un Karamoko, celui qu’elle épousa après Beker et Lightburn. Les deux jeunes avec lui, sont des descendants des soldats de Farinya.
Ils sont sur l’emplacement de la poudrière de Nyara Beli.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.