votre espace publicite 2018

La société Rusal compte lancer trois procédures judiciaires contre le groupe Bolloré pour sa tentative d’utilisation de ses chemins de fer en Guinée.

La société Rusal compte lancer trois procédures judiciaires contre le groupe Bolloré pour sa tentative d’utilisation de ses chemins de fer en Guinée.
VOTRE NOTE

L’histoire opposant le groupe Bolloré à la société Rusal sur l’utilisation du chemin de fer de Rusal- Friguia prend des propositions inquiétantes.

En effet, d’après nos confrères de « Africa Mining intelligence », la société Rusal compte lancer trois procédures judiciaires contre le groupe Bolloré pour sa tentative d’utilisation de ses chemins de fer en Guinée.

Selon les informations obtenues par Africa Mining Intelligence, le géant russe de l’aluminium UC RusAl va lancer dans les prochains jours trois procédures judiciaires contre Bolloré suite à l’utilisation par le groupe français de ses lignes de chemin de fer en Guinée.
Arrivé en Guinée en 2001, UC RusAl y opère la mine de bauxite de Kindia. Il a aussi prévu de relancer l’usine d’alumine de Friguia, acquise en 2006 et où la production est arrêtée depuis 2012.
Deux demandes d’arbitrage seront déposées devant la Chambre de commerce internationale à Paris (ICC-France). La première portera sur la ligne CBK, reliant la mine de bauxite de Kindia au port de Kagbelen, près de Conakry. La seconde portera sur la ligne Friguia, qui relie l’usine d’alumine de Friguia au même port (voir carte).

Ces arbitrages pourraient permettre de prendre des mesures provisoires de suspension des travaux, de décider de les arrêter à terme ou encore d’accorder des compensations financières. La troisième procédure sera déposée devant le tribunal de commerce de Nanterre, afin de stopper les travaux.

Dans l’arbitrage portant sur la ligne Friguia, UC RusAl sera défendu par les cabinets Derains & Gharavi International et Taylor Wessing. Les deux autres procédures seront suivies par Jean-Georges Betto et Gaëlle Le Quillec du cabinet Betto Seraglini, ainsi que par Cédric Fischer du cabinet Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & associés.

A LIRE >>  RDC: Freeport-McMoran cède une mine à un groupe chinois pour 2,6 milliards de dollars

UC RusAl tente par ces procédures d’arrêter les travaux qu’a entamés Bolloré sur ces lignes de chemin de fer. Le groupe russe s’estime propriétaire de la ligne Friguia, construite au standard métrique, sur laquelle Bolloré envisage de faire du transport de passagers.

UC RusAl affirme aussi avoir la jouissance de la ligne CBK, et y posséder le droit exclusif d’y transporter des passagers. Bolloré voudrait pourtant y faire circuler des wagons à conteneurs depuis le port sec qu’il va bâtir à Kagbelen.

UC RusAl indique ne pas s’opposer à l’utilisation par d’autres sociétés des lignes de chemin de fer, tant qu’il conserve ses droits de propriété et de jouissance. Ainsi, le Conakry express, opéré par la Société nationale des chemins de fer de Guinée, passe à raison d’une fois par jour sur la ligne CBK.

UC RusAl craint que le passage de conteneurs sur la ligne limite grandement le transport de la bauxite et de l’alumine. De plus, le groupe russe considère que les travaux réalisés par Bolloré sur ces lignes empiètent sur ses droits.

Source:  Africa Mining intelligence

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.