le-yuan-chinois-va-encore-se-deprecier
le-yuan-chinois-va-encore-se-deprecier
Temps de lecture : 2 minutes

Des représentants du Fonds monétaire international (FMI) ont assuré aux autorités chinoises que le yuan sera «probablement » inclus «bientôt » dans le panier des devises de référence de l’institution, communément connu sous l’appellation du  droit de tirage spécial (DTS), a rapporté  l’agence Bloomberg le 24 octobre.

«Les cadres chinois concernés sont tellement certains d’obtenir le feu vert qu’ils ont déjà commencé à préparer les communiqués célébrant cette décision», a précisé l’agence de presse.

Le DTS est actuellement composé du dollar américain, du yen japonais, de l’euro et de la livre sterling. Il s’agit d’un actif de réserve international que l’institution peut prêter à des pays membres qui ont des problèmes de réserves de change.

Le FMI s’est donné jusqu’en septembre 2016 pour changer ou non la composition de ce panier de devises. L’institution peut cependant décider, au terme de son examen quinquennal prévu fin 2015, d’inclure le yuan dans son panier de devises.

Le conseil d’administration du Fonds, qui représente les 188 Etats-membres, se réunira en novembre pour examiner, entre autres, cette éventuelle inclusion du yuan.

Pékin ne ménage pas ses efforts pour élargir l’usage de sa monnaie –également appelée renminbi– à travers le monde.

La PBOC (banque centrale chinoise) a ainsi signé des accords d’échanges de devises avec une trentaine d’autres banques centrales et a établi des chambres de compensation dans une dizaine de pays, parallèlement à l’allocation de quotas d’investissements directs en yuans.

A LIRE >>  La Belgique va financer un projet de 3,4 millions d’euros en Guinée

Mais le yuan reste la traîne en ce qui concerne sa libre convertibilité, en raison de l’encadrement toujours strict imposé par Pékin.

La Banque centrale chinoise avait procédé en août dernier à une dévaluation historique du yuan face au dollar, présentée officiellement comme un effort pour faire correspondre son taux de change à sa valeur véritable sur les marchés.

Le FMI avait alors salué cette dévaluation, la qualifiant d’«étape bienvenue» vers un plus grand rôle du marché dans la détermination du taux de change du yuan. Elle a cependant tempéré sa réaction en notant que Pékin devait, à terme, viser une flexibilité effective du yuan dans «les deux à trois prochaines années».

La dernière modification du panier de devises constituant le DTS remonte à 2000 quand l’euro avait remplacé le franc et le deutsche mark.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.