A LA UNEPolitique

Si par bêtises, on arrête des citoyens et on les libère en commettant les mêmes bêtises, on ne peut que s’en réjouir…

Par une décision du directeur national de l’Administration pénitentiaire, El Hadj Ibrahima Cherif Bah, Mamadou Cellou Baldé, Abdoulaye Bah et Ousmane Gaoual Diallo ont été placés en régime de semi-liberté surveillée. C’est une excellente nouvelle pour les intéressés et leurs proches. Cela dit, il ne faut pas se tromper sur le caractère politique de ce dossier comme les avocats l’ont toujours dénoncé.

Sur le plan juridique, la semi-liberté est un régime d’exécution d’une peine. Autrement dit, elle concerne une personne qui a déjà fait l’objet d’une condamnation. El Hadj Ibrahima Cherif Bah et ses compagnons d’infortune n’ont pas encore été jugés à plus forte raison condamnés. Il est donc juridiquement absurde de parler de semi- liberté en ce qui les concerne.

De la gauche vers la droite, Abdoulaye Bah, Cellou Baldé, Ousmane Gaoual Diallo et El Hadj Ibrahima Chérif Bah à leur sortie de la Maison centrale avec au centre Hadja Maïmouna Diallo, l’épouse d’El Hadj Chérif Bah et Me Salifou Béavogui.

Par ailleurs, même s’ils étaient condamnés, ce n’est pas le rôle du directeur de l’Administration pénitentiaire de placer un détenu condamné en régime de semi-liberté. Cette prérogative relève du juge d’application des peines. Donc un magistrat du siège. Le directeur de l’Administration pénitentiaire relève du ministre de la Justice. Il est soumis à l’autorité de ce dernier.

 

 Au fond, ces anomalies criardes prouvent deux choses : Premièrement : c’est un dossier totalement vide. Le pouvoir n’a rien contre ces  » otages » et il ne sait pas quoi en faire. Il tente de se donner une bonne image mais en se ridiculisant tous les jours.

A LIRE >>  Guinée CNRD au pouvoir, Résumé de la journée du vendredi 17 Septembre 2021

Deuxièmement : les juges ont peur de prendre leur responsabilité. Il en résulte que toutes les décisions dans cette affaire viennent d’ailleurs et d’en-haut. C’est le pouvoir qui détermine le rythme et le tempo.

Mais si par bêtises, on arrête des citoyens et on les libère en commettant les mêmes bêtises, on ne peut que s’en réjouir…

Sékou Koundouno,

<

p class= »has-text-align-right »>Responsable des stratégies et planification du FNDC

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.