Accueil » Economie » Vers un début du ramadan agité à Conakry Syndicat et patronat des banques peinent à accorder leurs violons
Abdoulaye-Sow-et-les-gouverneurs-de-la-BCRG
Abdoulaye-Sow-et-les-gouverneurs-de-la-BCRG

Vers un début du ramadan agité à Conakry Syndicat et patronat des banques peinent à accorder leurs violons

Un accord est toujours incertain avec l’Apb – le patronat des banques – pourtant la Fésabag entame cette semaine cruciale avec la ferme conviction d’annoncer la date de la probable grève ce 22 mai à minuit. Mais aux dernières nouvelles, ils sont sensés trouver un accord à l’issue du dernier round des négociations prévu ce lundi, alors que la date du début du ramadan pourrait être fixée le weekend.

La situation est critique dans le secteur bancaire guinéen. Les travailleurs réclament un meilleur traite- ment et une amélioration des conditions de vie. L’attitude insouciante des patrons des banques irritent le personnel qui promet d’en découdre avec eux.

Suite au préavis de grève lancé le 8 mai 2017, des négocia- tions ont été entamées, sous la médiation de la Banque cen- trale et de l’Inspection générale du travail, entre la Fédération syndicale autonome des ban- ques, assurances et micro finances de Guinée (Fésabag)

et l’Association professionnelle des banques (Apb).
Jusqu’à la dernière réunion du vendredi 19 mai, aucune enten- te n’avait été trouvée. Les prota- gonistes campaient sur leurs positions.

Dans l’après-midi du samedi 20 mai, le secrétaire général de la Fésabag déclarait que «les négociations sont tendues et on ne sait pas comment ça va se terminer».

Toutefois, assurait Abdoulaye Sow, les négociations vont continuer jusqu’à l’expiration du préavis de grève lundi 22 mai à minuit. «En fonction de l’évo

ution des négociations, nous tirerons les conclusions. Au cas où on ne s’entendrait pas, on déposera un avis de grève et on ira en grève. Ce sera une interruption totale du travail. Car, les banques resteront fermées entièrement. Ce sera une grève générale illimitée jusqu’à la satisfaction de nos légitimes revendications», assure M. Sow.

A LIRE >>  Mobilisation des recettes et maîtrise rigoureuse des dépenses : la méthode initiée porte ses premiers fruits.

En dépit de son affiliation à la Fésabag, la Banque centrale n’est pas concernée par le mouvement en vue.

Les revendications

Dans le préavis, le syndicat fait état de 11 réclamations. Notamment: le relèvement du niveau général des salaires du personnel, la mise en place d’une retraite complémentaire permettant aux retraités de bénéficier d’une pension, la prise en charge des frais d’évacuation sanitaire des employés, de leurs enfants et conjoint(e)s.

Ainsi que la revalorisation des primes, indemnités et allocations, mais aussi l’instauration de nouvelles primes, de la revalorisation des indemnités de départ à la retraite et de l’application correcte et intégrale de la Convention collective de 2004.

A propos des nouvelles primes, les syndiqués tiennent surtout à l’instauration du 14e mois, puisque le 13e est désormais une tradition, ainsi que les primés liées à la célébration des fêtes notamment celles de la monnaie et de pâques.

La non-satisfaction de ces revendications mènera à une grève générale illimitée dans le secteur des banques, assuran- ces et micro-finances.

Par Abdoul Malick Diallo

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*