Adhésion de la Guinée à l’initiative « Ecoles et Langues Nationales » en Afrique (ELAN-AFRIQUE).
Ecoles et Langues Nationales
Ecoles et Langues Nationales

Adhésion de la Guinée à l’initiative « Ecoles et Langues Nationales » en Afrique (ELAN-AFRIQUE).

Le Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation a fait une communication relative l’adhésion de la République de Guinée à l’initiative « Ecoles et Langues Nationales » en Afrique (ELAN-AFRIQUE).

Il a indiqué que l’objectif de sa communication est de solliciter le soutien du Gouvernement pour l’envoi d’une mission exploratoire et de cadrage de l’OIF d’un agent du programme ELAN-Afrique et un expert en bilinguisme dans la semaine du 12 Juin 2017 afin d’accompagner la Guinée dans la finalisation de son plan d’action national et présenter l’avantage de l’ELAN-Afrique aux autorités Guinéennes.

Le Ministre a rappelé que pour la promotion d’un enseignement de qualité, la République de Guinée a adhéré à l’initiative Ecoles et Langues Nationales, le 21 Avril 2015 après une longue démarche auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie depuis 2012.

Il a précisé que les documents institutionnels, juridiques et pédagogiques pour l’introduction des langues nationales avaient été élaborés.

L’une des clefs du succès de la scolarisation primaire universelle en Afrique Francophone est le bilinguisme (français et langues nationales).

Le Ministre a soutenu que l’enseignement exclusif du Français dans les zones rurales favorise l’échec scolaire de nombreux élèves d’après les experts pédagogiques. L’initiative ELAN-Afrique vient corriger cette problématique. D’autres pays africains : Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Mali, Niger, RDC, Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Madagascar ont démarré leur deuxième phase de mise en œuvre de l’initiative.

Il a déclaré que les partenaires sont : l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l’Agence Française de Développement (AFD), le Ministère Français des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI), l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ils assurent le pilotage par le Comité de Coordination Internationale (CCI), le Comité d’Orientation Internationale (CIO) et le Comité Scientifique (CSI).

Au niveau national, un Comité de pilotage, un Comité Technique et un point focal sont créés. L’initiative est pour toute l’Afrique au sud du Sahara.

Au cours des débats, les observations essentielles ont porté sur :

–      La problématique de l’impact de l’intégration de la langue nationale pour l’apprentissage des matières scientifiques ;

–      La nécessité de clarifier s’il s’agit d’enseigner les langues nationales dans les écoles comme matières ou d’enseigner dans les langues nationales ;

–      La nécessité de soumettre la question à la Commission nationale de réflexion sur l’éducation pour examen et avis.

Au terme des débats, le Conseil a demandé au Ministre de prendre en compte toutes les préoccupations soulevées notamment les aspects juridiques liés à la Loi fondamentale et de trouver des réponses appropriées lors de ses entretiens avec la mission de l’OIF puis de faire un nouvel exposé sur le sujet à l’issue de cette rencontre, avant toute mise en œuvre de l’initiative. Par ailleurs le Ministre est invité à tirer tous les enseignements des expériences des autres pays africains.

Le Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation a fait une communication relative au déroulement des examens nationaux, session 2017.

Il a informé que dans le cadre des préparatifs de ces examens, son département a réalisé plusieurs activités dont entre autres :

–         L’élaboration du chronogramme détaillé des examens nationaux ;

–         L’identification des centres d’examens ;

–         Le contrôle répété des listes saisies des candidats ;

–         La prise des photos numériques de tous les candidats.

Le Ministre a annoncé que conformément aux dispositions du décret N°97/196/PRG/SGG portant organisation du système d’éducation en République de Guinée, l’examen d’entrée en 7ème Année s’appellera désormais « Examen de fin d’études élémentaires » et un Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE) sera délivré aux admis en lieu et place des Attestations d’admission actuelles.

Il a informé que la décentralisation de cet examen sera effective cette année. Elle consistera au transfert des pouvoirs de décision concernant ce type d’examen, de l’administration centrale aux structures de base.

Le Ministre a précisé que la proclamation de l’ensemble des résultats se fera deux semaines après la fin des épreuves pour chaque type d’examen.

Il a présenté la physionomie des différents examens comme suit :

Effectifs des trois Examens Nationaux : 426 272 Candidats ; 175 649 (Filles) ; 1 777 Centres.

1.     Examen de fin d’Etudes Elémentaires (CEE) : du 19 au 21 Juin 2017.

203 205 Candidats ; 87 909 Filles ; 982 Centres

2.     Brevet d’Etude Premier Cycle (BEPC) : du 29 Juin au 04 Juillet 2017.

127 871 Candidats ; 53 232 Filles ; 454 Centres

3.     Baccalauréat Unique : du 07 juillet au 11 Juillet 2017.

95 196 Candidats ; 34 508 Filles ; 381 Centres

Le Ministre a rassuré le Conseil de l’engagement et la détermination de son département à organiser des examens nationaux crédibles et sans ambiguïtés.

Au cours des débats, les observations ont porté essentiellement sur :

–      L’urgence de transmettre à temps le budget de l’organisation des examens aux Ministères en charge des Finances et du Budget pour prise en compte;

–      La croissance du taux d’abandon scolaire du primaire au baccalauréat ;

–      La nécessité de pérenniser les acquis dans l’organisation des examens, notamment la « Tolérance Zéro » et la délibération rapide des résultats des examens ;

–      La prise en compte de la faiblesse du transport en commun dans la programmation zonale des élèves et la fixation de l’heure de début des épreuves.

Au terme des débats, le Conseil recommande au Ministre d’approcher ses homologues du MEF et du Budget, pour dispositions à prendre.

Pour la session du 30 mai 2017

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Me Mohamed Traoré

Selon toute vraisemblance, le Justice veut se servir du dossier de Amadou Djouldé Diallo pour envoyer un signal fort à ceux qui tiennent des propos considérés comme offensants à l’endroit du Chef de l’État. Quitte à violer la loi.

Selon toute vraisemblance, le Justice veut se servir du dossier de Amadou Djouldé Diallo pour …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.