Accueil » Les perles de sankara

Les perles de sankara

Ma vieille télé est tombée en panne. Je n’ai pas prévu de la réparer de sitôt

Abdoulaye Sankara

Le dimanche passé, j’avais décidé de rester tranquillement chez moi, de me reposer pour mieux affronter la semaine. La décembrose m’était trop éprouvante, j’en avais marre de tourner en rond sans gain véritable. Déjà que mes poches étaient percées et que je n’avais même pas de quoi m’offrir une bonne bouteille consolatrice, j’ai préféré ne pas faire voir ma gueule ...

Lire la suite...

Jésus ! Il n’est pas vraiment avec nous et la preuve c’est qu’il s’en fout de notre sort.

Abdoulaye Sankara

En ce mardi 5 décembre de l’an de détresse 2017, devinez où je suis, les coudes posés sur quelque chose, la main caressant un objet oblong de couleur jaunâtre, les narines dilatées de plaisir, les yeux saumâtres et glauques, les sourcils froncés d’impatience à chaque minute qui passe et me vieillit. Je suis là et j’attends. J’attends l’an 2018. Je ...

Lire la suite...

Il y a quelque chose qu’il faut qu’on se dise les yeux rouges dans les yeux rouges.

Abdoulaye Sankara

C’est notre manque de réaction. En effet nous avons pris l’habitude de ne pas réagir, un peu comme si nous n’étions pas concernés par ce que nous voyons, par ce que nous vivons. Un abruti se comporte mal en circulation, on peste quelque peu et on circule; après, se dit-on, on n’est pas de la police routière. Tous les fonctionnaires ...

Lire la suite...

Toutes les occasions sont bonnes pour se donner en spectacle et dévorer le peu de ressources qui nous fait courir.

Abdoulaye Sankara

Pour vous dire la vérité, croix de bois croix de fer, j’ai marre de vivre dans ce pays où on crie famine à longueur de journée alors qu’on n’arrête pas d’y organiser la mamaya. Toutes les occasions sont bonnes pour se donner en spectacle et dévorer le peu de ressources qui nous fait courir Tout cela, avec la bénédiction de ...

Lire la suite...

C’est fini, je suis en miettes, un méchant palu m’a terrassé

Abdoulaye Sankara

C’est fini, je suis en miettes, un méchant palu m’a terrassé la semaine dernière et je n’ai pas le moindre rond pour me soigner. Avec tous mes crédits ôtés de mon maigre salaire, il ne me reste plus grand-chose pour faire face à l’ordonnance kilométrique de l’infirmier du coin. J’ai eu beau lui dire, à l’avance, que j’avais les poches ...

Lire la suite...

Bon sang, je n’aurais pas dû fixer le rendez-vous à cette maudite soirée.

Abdoulaye Sankara

Je voulais pourtant en mettre plein les yeux à cette gonzesse, une nouvelle conquête que je viens de faire dans mon maquis préféré. Comme je ne voulais pas l’inviter dans son propre lieu de travail, j’ai choisi de l’emmener dans le quartier opposé. Je pensais pouvoir lui conter facilement fleurette et l’embarquer quand je voudrais. Incognito, sans me faire coincer ...

Lire la suite...

Dire que la vie est dure en Guinée, c’est plus que reprendre le refrain d’une chanson.

Abdoulaye Sankara

C’est quasiment devenu une façon de vivre, un état d’esprit, pour ne pas dire le choix d’un camp social ou politique porté, entretenu et amplifié par les chants, par les plumes et par une classe politique. Le boom de la musique dite guinéenne est en effet un boom de la chanson dite engagée, avec des supports de prédilection que sont ...

Lire la suite...

Le ministère de la Santé s’en fiche et puis, de toute façon, il n’a pas de moyens

Abdoulaye Sankara

Je vous le dis tout de go, j’ai quelques certitudes dans la vie. Je pense, par exemple, que pour accompagner une bonne bière, il n’y a pas mieux qu’une brochette, avec un peu de piment et quelques lamelles d’oignon. Ho que c’est bon! L’autre fois, j’étais dans un maquis à Matoto. Tout allait pour le mieux. Le monde était parfait. ...

Lire la suite...