Accueil » Les perles de sankara (page 2)

Les perles de sankara

La circulation à Conakry est devenue plus vegre

Abdoulaye Sankara

(pour ne pas dire vegra, c’est du verlan ça veut dire grave, suis fatigué de tout t’apprendre, sais même si tu sais ce que c’est que le verlan) que jamais. On peut même plus dire aux gens d’aller se faire mettre. Pourtant, il y a mille et une occasions de le faire : les queues de poissons, les dépassements en ...

Lire la suite...

Pas fous les mendiants ! A l’époque, ils savaient faire preuve de discernement.

Abdoulaye Sankara

Aujourd’hui, c’est général à Conakry. A tous les coins de rue, à la maison et même au service. Partout, il y a des mendiants, des professionnels, des amateurs, des occasionnels, des petits, des gros. Avant, un galérien comme moi n’avait aucune chance d’être sollicité. Si ce n’était pas le vendredi à la mosquée, personne ne venait pleurer misère à mes ...

Lire la suite...

Les amis et les parents du village, parlons-en.

Abdoulaye Sankara

Je suis là, attablé au maquis, à discuter avec des amis. Apparemment, tout va bien. Le bonheur semble s’être installé à notre table, présence aussi invisible que fugace. On cause, on boit, on rigole. Une go passe. Les rotondités convexes de son postérieur inciteraient presqu’à organiser un atelier-débat sur la notion de péché en ce siècle. Je reprends une gorgée ...

Lire la suite...

« Interdit d’uriner. 5000 francs ».

Abdoulaye Sankara

 Pourtant, j’ai une forte envie de vidanger mes boissons, surtout qu’elles sont au nombre de quatre et que ma vessie menace d’observer un arrêt de travail. Je voudrais comprendre si ce que je lis veut dire « Autorisation de se la secouer », voire de « se branler tranquillos à raison de 5000 balles le coup » ou bien s’il faut lire « interdit d’uriner ...

Lire la suite...

Mille milliards de mille millions de galères !

Abdoulaye Sankara

Quand j’ai acheté mon vieux tacot, j’étais déjà fauché. Mais comme à Conakry, pour être ‘’quelqu’un’’ il faut une voiture, je me suis sacrifié. Evidemment, aujourd’hui c’est toujours la galère, plus même. Il y a cette p… de circulation ! Et cette saleté de pollution ! Et tous les diables de la route ! Et puis Conakry est vraiment devenue ...

Lire la suite...

Soyons plus sérieux. De la contradiction naît la discussion qui engendre une richesse d’idées.

Abdoulaye Sankara

Ça n’a malheureusement pas été le cas et ce n’est toujours pas totalement le cas aujourd’hui. Les gens arrivent journalistes dans les organes de presse et finissent courtisans et porte-sacoches des bonzes politiques. Si ce n’est du côté du pouvoir, c’est du côté de l’opposition qu’on les recrute. Le recrutement réussit tant et si bien qu’au lieu de concurrence loyale, ...

Lire la suite...

Aujourd’hui, je ne suis pas content.

Abdoulaye Sankara

Alors là, pas du tout ! Jamais je ne me suis senti aussi désemparé, amer et déçu de mes semblables. Dans le vieux fauteuil du café où je me suis affalé depuis plus d’une demi-heure, un verre vide dans la main gauche, je n’arrive pas à m’expliquer quelle mouche a bien pu piquer l’enfoiré de logeur chez qui je loue ...

Lire la suite...

si j’en faisais, y a longtemps que je ne roulerais plus dans cette vieille voiture

Abdoulaye Sankara

Moi je suis le véritable prolétaire élevé à la souche Lénine mais je ne fais pas de politique. Tel que vous me voyez dans ma vieille voiture et fréquentant assidûment les grins, est-ce que je ressemble à quelqu’un qui fait de la politique ? D’abord, si j’en faisais, y a longtemps que je ne roulerais plus dans cette vieille voiture ...

Lire la suite...

Je ne sais pas mentir. C’est plus fort que moi.

Abdoulaye Sankara

Quand j’avais 25 ans, après être passé imam des étudiants, pasteur dans une église protestante de mon quartier, même si Mahomet et le charpentier, je veux dire Jésus, ne m’ont pas apparu, j’ai décidé de ne plus mentir. C’est pourquoi, j’ose aujourd’hui, du haut de mon bonus d’âge que je consomme, vous dire que l’égoïsme a gagné du terrain, surtout ...

Lire la suite...