votre espace publicite 2018

Alpha Condé aux diplomates et ONG occidentales : « Vos organisations ne sont pas transparentes »

Alpha Condé aux diplomates et ONG occidentales : « Vos organisations ne sont pas transparentes »
VOTRE NOTE

Le président Alpha Condé ne compte plus se soumettre au diktat des occidentaux sur la marche de son pays.

Il l’a fait savoir lors de la dixième session de la Com- mission d’orientation straté- gique qui s’est tenue au Palais Sékhoutoureya en présence des présidents des Institutions républicaines, des ambassa- deurs et autres chefs d’institu- tions internationales et des experts locaux et étrangers. Sans langue de bois, le chef de l’Etat a prévenu les diplomates et les organismes occidentaux de sa nouvelle décision. «Nous n’allons plus accepter que les ONG occidentales nous dictent notre conduite. Tous les Etats africains commencent à en

avoir marre. Ce ne sont pas ces ONG qui dirigent nos Etats. Nous avons des obligations à l’égard de nos populations. Nous ne sommes pas des ONG, nous sommes des Etats qui ont des obligations à l’égard de nos populations. Nous n’allons plus accepter n’importe qui dicter notre conduite. C’est quelque chose auquel la Guinée ne va plus accepter à partir l’année prochaine».

Selon Alpha Condé, les préju- gés à l’égard des Etats afri- cains doivent cesser mainte- nant. «Vous avez un problème de confiance à l’endroit de nos Etats. Vous avez vu pendant Ebola. L’aide a servi à payer les hôtels, les billets d’avion et les perdiems etc. Tant que les gens sont dans des hôtels 5 étoiles avec des perdiems, ils n’ont pas intérêt qu’Ebola finisse. Alors que nous, on était pressé pour que l’épidémie finisse. Eux, en font un fonds de commerce.

A LIRE >>  Donec nec justo eget felis facilisis fermentum. Aliquam porttitor mauris sit amet orci.

Nous sommes en train de tirer les leçons de ça. Nous avons vu ce qui s’est passé en Haïti où 90% de l’aide est parti dans le fonctionnement des institutions internationales».

Il faut donc à l’orée de 2017, une collaboration franche entre l’occident et l’Afrique pour faire disparaitre les préjugés et affronter les défis auxquels le continent fait face. «Il faut que progressivement vous fassiez confiance aux Etats, que vous travaillez avec les ministères et qu’on ne nous impose pas tou- jours de passer par des struc- tures…. On veut que nous soyons transparents mais pen- dant ce temps, vos organisa- tions ne sont pas transparentes et on ne veut pas qu’on en parle. Il faut que nos partenaires balaient devant leur propre porte et qu’ils cessent de nous imposer de passer par des gens qui, eux-mêmes ont des inté- rêts. Il faut qu’on se parle

franchement». Cette sortie d’Alpha Condé rappelle le discours de Sékou Touré en 1958 quand celui-ci avait déclaré à général De Gaulle « nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage».

Et puis récemment de Dadis

«la Guinée n’est pas un arrondissement de la France». Comme pour dire que les discours ne changent rien dans la marche du monde.

Seul le travail peut permettre à l’Afrique de se départir du diktat des occidentaux.
«La main qui donne c’est la main qui dirige», enseigne le dicton.

Tant que l’Afrique tendra la main, les donateurs vont d’une manière ou d’une autre lui imposer leurs règles.

A LIRE >>  Dëshmitarja Abrashi: E kam parë Oliverin në turmë,

Par Abdoul Malick Diallo le populaire Guinée

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.