Accueil » NEWS ACTUALITE » ATTENTATS DE PARIS: Le CNOSCG tire la sonnette d’alarme

ATTENTATS DE PARIS: Le CNOSCG tire la sonnette d’alarme

 

Lors d’une conférence de presse animée ce samedi 18 novembre à  la maison commune des journalistes, le secrétaire général du conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG)  a dénoncé l’obscurantisme  des terroristes.

D’entrée, Dansa Kourouma dans son  exposée a présenté ses condoléances au peuple français. Ce, avant de demander une minute de silence à la mémoire de ceux qui sont tombés sur les feux des terroristes le vendredi dernier à Paris.

Pour le CNOSCG, «ces terroristes agissent en leur nom personnel et  pour leur sals besoins. L’islam est une religion de paix de tolérance».

Dr Dansa Kourouma a rappelé les raisons qui poussent la société civile guinéenne à exprimer sa solidarité à la France. Voici quelques extraits  de son allocution:

«La France a manifesté sa solidarité au peuple de Guinée en nous envoyant ses médecins, ses infirmiers, au moment où notre système de santé avait déclaré forfait. Et nous a assisté financièrement  pour faire face à l’épidémie».

«La deuxième raison,  c’est une solidarité vis-à-vis de la France qui a été solidaire vis-à-vis de la Guinée quand nous avons été frappés par l’épidémie d’Ebola».

«La troisième raison qui nous  semble  être importante, c’est la sensibilisation. La  maitrise  profonde  des convictions des  philosophies de ces hommes qui  se comportés ainsi. L’efficacité des mesures ou des réflexions contre le terrorisme ayant prouvé leur limite. L’affaire du terrorisme a  été toujours prise sur l’angle des relations géostratégiques et des intérêts entre Etats et Etats».

«La quatrième raison c’est que la Guinée n’est pas à l’abri des terroristes. Ensuite, notre pays doit se positionner sur des questions de conflit de terrorisme lors du forum social ouest Africain qui  se tiendra à Conakry dans deux mois».

«Il y’a des problématiques en Guinée qui sont plus dangereuses que le terrorisme. C’est le grand banditisme, c’est l’insécurité, c’est le désespoir, c’est l’inégalité, c’est l’injustice. Nous devons tous être des garants de la lutte contre ces fléaux  pour renforcer le niveau de désespoir de la population».

«Aujourd’hui, c’était pour interpeller l’opinion nationale et les acteurs politiques et les décideurs de ce pays  sur le risque que court la Guinée. L’état doit prendre des décisions en se souciant des répercutions politiques culturelles que de l’opportunité de leurs prises».

Boubacar Diallo

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




A LIRE >>  Guinée : echauffourée sur l’axe

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos Boubacar Diallo

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*