votre espace publicite 2018

Nous avons été brutalisé mais nous n’avons pas lâché prise!

Nous avons été brutalisé mais nous n’avons pas lâché prise!
VOTRE NOTE

C’est cela la solidarité de la presse Guinéenne! Notre Directeur général Aboubacar Camara est enfin libre. Merci à tous nos confrères qui nous ont fortement soutenu depuis ce matin. Nous sommes désolés pour tout ceux qui ont subi des coups et blessures de la part des gendarmes de l’ECO 3 de Matam qui nous déguerpissaient de force des lieux. Mais après tout nous n’avons pas été molesté pour rien. Une liste des matériels endommagés et journalistes brutalisés a été rédigée pour que la gendarmerie nous dédommage. Pour info, ils étaient 5 gendarmes à me donner des coups dans le dos et il y’a un qui m’a tapé avec le fer de sa ceinture au niveau de l’oeil droit. J’ai été admise à l’hôpital vu que je suffoquais mais tout va bien. Deux autres consoeurs ont été piétinées par les gendarmes dont Bilguissa de la radio Nostalgie qui a le pied entorsé. Nous avons un confrère d’un site information qui est le plus souffrant.
#GrandMerciATousNosConfrères pour le soutien inconditionnel
#ViveLaPresseGuinéenne
#ViveLaSolidarité entre les journalistes Guinéens
#EnsembleNousSommesInvincibles
#BravoAtous

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

A LIRE >>  Le député Saikou Yaya Barry interpelle les forces de sécurités ‘’Alpha Condé est rattrapé par le pêché’’

L'information en continu

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos.Vous aimez cet article ? Suivez-nous via le RSS ou sur Facebook et lisez d'autres articles intéressants :

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.