[ ÇA NE SENT PAS BON ….]

[ ÇA NE SENT PAS BON ….]
VOTRE NOTE

[ ÇA NE SENT PAS BON ….]

En latin on désigne ça sous le nom de « annus horribilis ». Ne vous fiez surtout pas à la simple apparence des mots, cela n’a rien à voir avec l’anus de qui que ce soit, sinon que l’état de notre système laisse vraiment à penser que nous sommes actuellement dans le trou du cul de la planète démocratique. Mais restons corrects, bien que l’horreur électorale que nous sommes encore en train de traverser sera à coup sûr à inscrire dans les ANALES de la DÉMOCRATIE.
Que dire d’autres de cette bouffonnerie électorale qui n’ait déjà été dit, si ce n’est que tout avait pourtant bien commencé, après une décennies d’attente et quelques années à se farcir des coquilles vides pudiquement dénommées « Délégations Spéciales » , des délégations qui n’avaient de speciales que leur impuissance à faire face aux problèmes des collectivités à la tête desquelles elles ont été parachutées par le truchement du copinage politique habituel.
Ce jour-là, Dimanche 4 février 2018 le peuple [ne] s’était [pas ] massivement rendu aux urnes, dans la paix et la quiétude [ inhabituelles] … On se souvient encore de ces siestes collectives improvisées en plein cagnard dans des bureaux de vote débordant de vide, ou encore de ses assesseurs assaillis par l’ennui et fatigués de ne rien faire prendre sur leur infini temps libre pour aller tenter leur chance au kiosque Guinée GAMES le plus proche.
Mais, malgré la faiblesse du nombre de bulletins à dépouiller, la plus grande commune et la deuxième ville du pays n’ont toujours pas de maire investi, 1 an après….
Le cas de kankan commence seulement à inquiéter… Quand à Matoto l’inquiétude laisse place à la colère. On croirait atteindre le stade suprême l’irresponsabilité (1/5ème du mandat écoulé sans maire), mais dans ce pays l’irresponsabilité n’a pas de limite et bat chaque jour de nouveaux records.
Devant une opposition qui clame et réclame une victoire qu’elle veut éclatante et indiscutable… Une victoire pourtant discutée et même écartée d’un revers de main par le camps des Doré et autres TOS, pas vraiment dorés par les preuves en image brandies ça et là par une presse accusée de broder les faits, brocardée par les petits malins des réseaux sociaux et finalement bradée par une décision du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. Décentré comme souvent, le général bardé d’étoiles brodées sur épaulettes ne s’est pas encombré de la loi pour faire valoir ses émotions, bien aidé il faut le dire par l’irruption très contrôlée de cet élément incontrôlé, un vrai balla.
Nonobstant l’odeur infecte de l’illégalité que dégage la décision du général ministre, la justice ne veut pas y mettre le nez, préférant se soulager la conscience sur le code électoral qui désigne les TPI comme juge du contentieux électoral au plan local, et utilisant pour une fois le mot qui sied vraiment : INCOMPÉTENCE. Ouf, enfin !
Une suprême fuite en avant qui ne sera malheureusement pas rattrapée par le juge électoral que les parties n’ont pas eu le nez de saisir à temps, laissant pourrir cette autre situation, comme toutes les autres qui rendent le climat social Guinéen totalement irrespirable.
Pas de solution administrative donc, ni de solution judiciaire. Il ne nous reste plus que la sempiternelle solution politique pour sortir de cette nasse, avant que l’odeur de poisson pourri n’envahisse les rues déjà bien sale de la commune, et en attendant la mise en place d’une vraie politique d’assainissement attendue depuis mathusalem.
Nouvel accord politique en vue ?
Tout porte à croire que OUI. La bataille politique désormais prise en tenaille entre la question d’un 3ème quelque chose d’un côté, et de l’autre côté par l’organisation des législatives et la prorogation… ou non du mandat des députés, le cas de Matoto file tout droit vers les oubliettes.
Il ne reste plus qu’à se pincer le nez ou à porter un masque pour éviter de suffoquer de ce climat politique nauséabond, car ça risque de schlinguer encore plus dans les mois à venir…. 🤢

A LIRE >>  Dossier 500 millions de FG et positionnement de Dalein L’analyse de Naby Laye (de Bruxelles)

ÇA NE SENT PAS BON ….]

En latin on désigne ça sous le nom de « annus horribilis ». Ne vous fiez surtout pas à la simple apparence des mots, cela n’a rien à voir avec l’anus de qui que ce soit, sinon que l’état de notre système laisse vraiment à penser que nous sommes actuellement dans le trou du cul de la planète démocratique. Mais restons corrects, bien que l’horreur électorale que nous sommes encore en train de traverser sera à coup sûr à inscrire dans les ANALES de la DÉMOCRATIE.
Que dire d’autres de cette bouffonnerie électorale qui n’ait déjà été dit, si ce n’est que tout avait pourtant bien commencé, après une décennies d’attente et quelques années à se farcir des coquilles vides pudiquement dénommées « Délégations Spéciales » , des délégations qui n’avaient de speciales que leur impuissance à faire face aux problèmes des collectivités à la tête desquelles elles ont été parachutées par le truchement du copinage politique habituel.
Ce jour-là, Dimanche 4 février 2018 le peuple [ne] s’était [pas ] massivement rendu aux urnes, dans la paix et la quiétude [ inhabituelles] … On se souvient encore de ces siestes collectives improvisées en plein cagnard dans des bureaux de vote débordant de vide, ou encore de ses assesseurs assaillis par l’ennui et fatigués de ne rien faire prendre sur leur infini temps libre pour aller tenter leur chance au kiosque Guinée GAMES le plus proche.
Mais, malgré la faiblesse du nombre de bulletins à dépouiller, la plus grande commune et la deuxième ville du pays n’ont toujours pas de maire investi, 1 an après….
Le cas de kankan commence seulement à inquiéter… Quand à Matoto l’inquiétude laisse place à la colère. On croirait atteindre le stade suprême l’irresponsabilité (1/5ème du mandat écoulé sans maire), mais dans ce pays l’irresponsabilité n’a pas de limite et bat chaque jour de nouveaux records.
Devant une opposition qui clame et réclame une victoire qu’elle veut éclatante et indiscutable… Une victoire pourtant discutée et même écartée d’un revers de main par le camps des Doré et autres TOS, pas vraiment dorés par les preuves en image brandies ça et là par une presse accusée de broder les faits, brocardée par les petits malins des réseaux sociaux et finalement bradée par une décision du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. Décentré comme souvent, le général bardé d’étoiles brodées sur épaulettes ne s’est pas encombré de la loi pour faire valoir ses émotions, bien aidé il faut le dire par l’irruption très contrôlée de cet élément incontrôlé, un vrai balla.
Nonobstant l’odeur infecte de l’illégalité que dégage la décision du général ministre, la justice ne veut pas y mettre le nez, préférant se soulager la conscience sur le code électoral qui désigne les TPI comme juge du contentieux électoral au plan local, et utilisant pour une fois le mot qui sied vraiment : INCOMPÉTENCE. Ouf, enfin !
Une suprême fuite en avant qui ne sera malheureusement pas rattrapée par le juge électoral que les parties n’ont pas eu le nez de saisir à temps, laissant pourrir cette autre situation, comme toutes les autres qui rendent le climat social Guinéen totalement irrespirable.
Pas de solution administrative donc, ni de solution judiciaire. Il ne nous reste plus que la sempiternelle solution politique pour sortir de cette nasse, avant que l’odeur de poisson pourri n’envahisse les rues déjà bien sale de la commune, et en attendant la mise en place d’une vraie politique d’assainissement attendue depuis mathusalem.
Nouvel accord politique en vue ?
Tout porte à croire que OUI. La bataille politique désormais prise en tenaille entre la question d’un 3ème quelque chose d’un côté, et de l’autre côté par l’organisation des législatives et la prorogation… ou non du mandat des députés, le cas de Matoto file tout droit vers les oubliettes.
Il ne reste plus qu’à se pincer le nez ou à porter un masque pour éviter de suffoquer de ce climat politique nauséabond, car ça risque de schlinguer encore plus dans les mois à venir…. 🤢

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Related posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.