Mohamed Traoré
Meilleure Vente n° 1
Fire TV Stick 4K Ultra HD avec télécommande vocale Alexa...
  • Le plus puissant des sticks lecteurs multimedia en streaming, avec une nouvelle...

La consécration de la liberté de la presse et en la libéralisation des ondes ainsi que le développement de la presse en ligne et des réseaux sociaux ont entrainé une multiplication des procédures en diffamation devant nos juridictions.

Très souvent, la ligne de démarcation entre la liberté d’expression et le respect l’honneur d’autrui n’est pas très nette dans les esprits. C’est pourquoi, beaucoup tombent ou risquent de tomber très souvent dans le délit de diffamation puisqu‘ils ne peuvent fournir les preuves de ce qu’ils ont affirmé.

La diffamation est une infraction que tous ceux qui s’expriment dans les médias de façon générale ont intérêt à cerner pour éviter d’être en conflit avec la loi car la dépénalisation des délits commis par voie de presse ne confère pas l’impunité.

La diffamation est définie comme toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel il est imputé.

Elle repose donc sur une allégation ou une imputation. Traditionnellement, l’allégation correspond au fait d’affirmer un fait d’après les assertions d’autrui. Dans cette hypothèse, le diffamateur ne fait que colporter, répandre les faits diffamatoires perçus par ailleurs. L’imputation reposerait. L’imputation quant à elle sur des constatations personnelles. L’auteur de la diffamation affirme alors personnellement l’existence d’un fait.
En plus de l’allégation et de l’imputation, il y a la publication directe ou par voie de reproduction de cette imputation ou de cette allégation.

Ce qui est encore important, c’est que quel que soit le procédé, allégation, imputation, publication ou reproduction, il faut que le fait diffamatoire soit exprimé. La forme de cette expression importe peu: il y a diffamation même si ce fait est exprimé de façon ironique, dubitative, par insinuation ou sous forme déguisée. Autrement dit, il y a diffamation lorsque l’affirmation est limpide mais aussi si les expressions diffamatoires sont formulées de façon interrogative, négative, conditionnelle, hypothétique. C’est donc plus le fait exprimé que le mode d’expression qui compte.

Dans certains cas, il est donné la possibilité de démontrer la vérité des faits diffamatoires pour échapper à la sanction pénale. Mais il y a toute une procédure à respecter. Dans tous les cas, lorsqu’il s’agit de faits diffamatoires se rapportent par exemple à la vie privée,
l’exception de vérité n’est pas admise.

Soyons donc très prudents et très mesurés lorsque nous parlons d’autrui dans les médias.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook


Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !

conakrylemag
Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Séance de présentation et d’évaluation du Schéma Directeur lnformatique (SDI) du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Previous article

Livrez vos colis et courriers facilement en Guinée grâce à Colis224

Next article

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.