Contre le projet d’amendement du Code électoral Le camp du désaccord lance une pétition Le camp du désaccord lance une pétition

La désignation des présidents de conseils de quartiers et de districts sera faite au prorata des résultats des élections communales. C’est un consensus auquel sont parvenues la mouvance présidentielle et une partie des opposants qui ont paraphé un document en ce sens le mercredi 12 octobre 2016.

 

sur leur dos», explique le président du BL.
D’où la mise en place d’une structure dénommée Front national pour la défense des droits citoyens. Cette platefor- me se veut un « rempart pour empêcher que les recomman- dations n°15 et 16 des signatai- res des accords ne deviennent lois de la République devant s’imposer à tout le monde». Le projet d’amendement du Code électoral intégrant l’Accord politique du 12 octobre sera soumis les prochains jours aux députés en vue de son adoption ou non.

Les signataires de cette pétition ont une minime chance pour recaler l’adoption du projet. Puisque les deux plus grands partis du pays en sont les tenants.

Par Mady Bangoura

Un accord qui souffre jusque-là de désaccord. Puisqu’un autre groupe d’opposants vient de lancer une pétition à l’endroit des parle- mentaires pour la non-applica- tion du projet d’amendement du Code électoral qui intègre l’Accord politique du 12 octobre. Sont signataires de celle-ci le Parti guinéen pour la renais- sance et le progrès (PGRP) de l’honorable Alpha Ibrahima Sila Bah, le Bloc libéral (BL) du Dr Faya Millimouno, le Parti de l’espoir pour le développement

national (PEDN) de Lansana Kouyaté et l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD) de feu George Gandhi Faraguet Tounkara.

L’incarnation de la 4e force politique motive la démarche par ce qui suit. «C’est un droit accordé au peuple de Guinée par la Constitution de la Répu- blique. Parce qu’on s’est rendu compte que ce sont des accords qui engagent certes les deux plus grands partis de notre pays, mais qui sont contre le peuple

de Guinée. C’est pour cette raison que depuis que nous avons claqué la porte à ce dia- logue, nous avons commencé à communiquer là-dessus pour que de plus en plus de gui- néens comprennent la forfaiture qui est en train de se construire sur leur dos», explique le président du BL.

D’où la mise en place d’une structure dénommée Front national pour la défense des droits citoyens. Cette platefor- me se veut un « rempart pour empêcher que les recomman- dations n°15 et 16 des signatai- res des accords ne deviennent lois de la République devant s’imposer à tout le monde». Le projet d’amendement du Code électoral intégrant l’Accord politique du 12 octobre sera soumis les prochains jours aux députés en vue de son adoption ou non.

Les signataires de cette pétition ont une minime chance pour recaler l’adoption du projet. Puisque les deux plus grands partis du pays en sont les tenants.

Par Mady Bangoura Le populaire Guinée

 

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.