Evasion à la maison centrale: Transférés, «les prisonniers ont été tous ramenés à la maison centrale» dixit commissaire Kassé

Les habitants de Coronthie dans la commune de Kaloum ont passé la journée de ce lundi 9 novembre 2015 la peur au ventre. Des prisonniers de la maison centrale de Conakry située dans ce quartier populaire ont tenté de s’évader.

Selon des informations recueillies sur place, les prisonniers auraient tenté «de s’évader depuis la nuit d’hier (dimanche 08 novembre). C’est ce matin que les autorités ont été informées et ont pu intervenir».

Tôt le matin, la prison centrale de Conakry a été quadrillée par les agents de la sécurité. Objectif: empêcher les détenus de s’évader. Pour mener aussi à bien leurs opérations sécuritaires, ils ont procédé à des tirs de sommation pour dissuader les «hors-la-loi».

Une scène qui a attiré l’attention de plus d’un, un supposé prisonnier alors dans la cour de la prison civile, juste à côté du mur qui sépare la maison pénitentiaire au reste du monde, aurait tenté d’escalader la clôture. Les forces de l’ordre ont tout de suite tiré en l’air pour dissuader le prévenu. Cinq (5) minutes de sommation donc.

Présent sur les lieux, le général Ibrahima Baldé estime que ces agents de sécurité postés aux alentours du centre pénitencier sont à nombre insuffisant. Il a demandé à cet effet un renfort du dispositif sécuritaire.

Aux alentours de 13 heures, l’effectif a augmenté. On a constaté la présence de la police, de la gendarmerie et des agents de la BAC, du  BATA et des bérets rouges.

A 14 heures, les autorités sécuritaires présentes ont procèdent déjà au transfert de détenus. La première vague a concerné les femmes prisonnières où pouvait remarquer parmi ces femmes la présence de Fatou Badiar, une dame condamnée dans «l’affaire de l’attaque du domicile privé du président de la république».

C’est à partir de 15 heures que la deuxième vague de transfert a été effectuée. Quatre pick-up et deux camions de la CMIS et trois cargos militaires ont effectué cette deuxième vague de transfert. Dans l’un de ces camions, un prisonnier lance aux journalistes qui étaient sur les lieux: «c’est la faute à Moriba, nous on veut la paix». Qui pourrait bien être ce Moriba? Qu’aurait-il fait? Toute la question vaut son pesant d’or.

Mais où ont été transférés ces prisonniers? Les autorités n’ont pas voulu s’exprimer sur la destination de ces personnes. Ce que l’on sait, ils ont été transférés dans un endroit inconnu ou du moins secret.

Interrogé dans la soirée de ce lundi par notre reporter qui était sur les lieux à Coronthie, le commissaire qui n’a pas voulu se prêter à nos questions affirment qu’il a reçu des ordres selon lesquels, les autorités lui interdiraient de se prêter à tout commentaire jusqu’à ce que le gouvernement fasse sa déclaration. «On m’a dit de ne pas faire une déclaration. Il y’a le gouvernement qui va faire une déclaration, plus le porte-parole du ministère de la justice sur la tentative d’évasion», indique le commissaire Kassé. Néanmoins, il affirme que les prévenus transférés ont été tous ramenés à la maison centrale. «On les a tous ramené à la maison centrale. Ils sont tous là» nous assure-t-il.

A noter, au total, près de cent prisonniers ont tenté de s’évader. Mais ils ont été tout de suite rattrapés.  Et, ce sont cinq personnes qui ont pu s’échapper. Ils se trouvent actuellement en cavale.

Oumar Daroun

+224 657 486 021 / +224 624 964 911

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.