Accueil » Libre Opinion » Guinée : le départ des Kourouma ne contente pas la majorité.
Sékou Kourouma, ministre guinéen de la fonction publique
Sékou Kourouma, ministre guinéen de la fonction publique

Guinée : le départ des Kourouma ne contente pas la majorité.

En lisant les commentaires, on se rend compte que le départ des Kourouma ne contente pas la majorité. Rien d’étonnant. S’il y’a un fait qui devrait néanmoins réjouir, c’est la réponse donnée par le PRG à ce que j’appelle arrogance de deux hommes qui ont voulu gérer leurs départements comme le RPG.

Ils nous ont fait perdre du temps. C’est vrai. Nous ne devons certes pas attendre grand chose, mais les nouveaux promus sont désormais conscients que la souveraineté appartient au peuple. Un peuple qu’on ne peut pas insulter. Un peuple qu’on ne doit pas escroquer. On ne s’en moque pas. On ne s’en fiche pas. On ne s’en détourne pas.

Maintenant il faut rétablir effectivement les contractuels dans leurs droits. On dira ainsi à ces orgueilleux de militants limogés qu’ils ont été tout simplement ingrats au nom de l’État.

Je me pose pas de questions si K au carré peut réformer le système. Ma réponse est celle de la majorité : il ne peut pas. Non pas par ce qu’il manque de compétence mais par ce qu’il est membre du clan opposé au progrès. Il faut une décision plus forte: limoger tous les ministres du système, créer un ministère de l’éducation nationale à la tête duquel on nommerait un cadre indépendant du RPG arc en ciel mais soutenu dans ses actions par Alpha Condé.

Ça pu marcher avant avec un homme que je respecte: Dr Ousmane Souaré dans le gouvernement de consensus de Kouyaté. Ça n’a pas duré mais nous avions senti du changement arrivé. Il y a bien de guinéens compétents en qui on peut faire confiance; la question de l’école ne doit pas être traitée comme c’est le cas aujourd’hui dans notre pays.

Celui qui arrive est un instituteur qui a eu la chance de se voir à un niveau qui lui permet aujourd’hui de poser le problème de l’enseignement élémentaire. Pourquoi ça ne marche pas? La question est tout le temps posée mais on en donne pas les bonnes réponses. Nous n’aurons pas dans un proche avenir un enseignement de qualité si nous continuons à considérer que les enseignants de niveau Bac+3 sont faits pour le secondaire.

A LIRE >>  LE MINISTRE CHEICK SAKO A REÇU UNE DÉLÉGATION CONGOLAISE POUR ÉCHANGER SUR LES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS LORS DES ÉVÉNEMENTS DU 28 SEPTEMBRE 2009

Il faut permettre aux ENI d’accueillir les bacheliers pris en charge par l’État comme les étudiants des universités publiques avec une garantie d’emploi puisque le besoin existe. Le problème du salaire sera réglé dès lors qu’ils auront les mêmes grades avec ceux du secondaire.

Il faut d’ailleurs penser plus: ils travaillent plus que ceux des collèges et lycées. C’est ma réflexion et j’insiste que les réformes doivent être radicales.

Jacques Lewa

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*