Accueil » Libre Opinion » En Guinée, les journalistes, il faut le reconnaître, ont beaucoup souffert.
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

En Guinée, les journalistes, il faut le reconnaître, ont beaucoup souffert.

Entre révolution, coups d’Etat, apprentissages de processus démocratiques, le journaliste est toujours resté entre deux chaises. Vivotant aujourd’hui dans une demi-misère matérielle sur le support d’une identité hésitant entre le fidèle aux cinq doigts et l’amoureux d’un travail bien fait, le journaliste guinéen se cherche.

Ce moment d’égarement profite à d’autres. Et les autres sont nombreux. Entre les acheteurs de conscience et les esclavagistes politico-professionnels, l’homme ou la femme de média perd sa ligne éditoriale. Quand il y en a.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


A LIRE >>  BAH OURY Une rivalité entre deux ambitions

À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*