En Guinée, les journalistes, il faut le reconnaître, ont beaucoup souffert.

0 0
Rate this post

Entre révolution, coups d’Etat, apprentissages de processus démocratiques, le journaliste est toujours resté entre deux chaises. Vivotant aujourd’hui dans une demi-misère matérielle sur le support d’une identité hésitant entre le fidèle aux cinq doigts et l’amoureux d’un travail bien fait, le journaliste guinéen se cherche.

Ce moment d’égarement profite à d’autres. Et les autres sont nombreux. Entre les acheteurs de conscience et les esclavagistes politico-professionnels, l’homme ou la femme de média perd sa ligne éditoriale. Quand il y en a.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


A LIRE >>  L'économie guinéenne en chiffre, le Franc guinéen plusque jamais stable!

Leave A Reply

Your email address will not be published.