Accueil » Libre Opinion » #GuineeVote « N’est pas Nelson Mandela qui le veut, mais qui le peut »
Alpha conde
Alpha conde

#GuineeVote « N’est pas Nelson Mandela qui le veut, mais qui le peut »

« N’est pas Nelson Mandela qui le veut, mais qui le peut »

Après le second tour des élections présidentielles de 2010 en Guinée qu’avait remporté le professeur Alpha Condé opposant historique des différents régimes qui se sont succédés dans le pays depuis son indépendance le 02 octobre 1958, sous les auspices de l’Organisation Internationale de la Francophonie (O.I.F) et la communauté internationale.

Le président professeur lors de son investiture avait proclamé haut et fort en face de tous les médias du monde entier qu’il est le Nelson Mandela de la Guinée et il a même créé une alliance des partis politiques sans projet de société, bureau exécutif et siège social qu’il a nommé « Arc-en-ciel » qu’il fait allusion du parti politique sud-africain qui a lutté contre l’apartheid en Afrique du Sud et a porté Nelson à la tête du pays.

Alpha Condé a confondu vitesse et précipitation en se référant à Nelson Mandela. Nelson Mandela se battu pour une cause bien déterminée qui était libérée le peuple noir sud-africain de la ségrégation raciale de l’homme blanc contre celui noir et du partage équitable des biens de la nation arc-en-ciel.

Mandela a accepté de vivre dans son pays pour mener à bien son combat politique et de passer 27 ans en prison loin de sa femme et de ses enfants pour que son peuple vive un avenir meilleur. Après un mandat passé au pouvoir, il est parti sans effusion de sang. Madiba a continué sa vie dans son pays et en tant qu’observateur de la chaîne politique de son pays jusqu’à sa mort.

Alpha Condé quant à lui, a passé tout son temps loin de son pays et serait impliqué dans tous les troubles politiques qu’a subis la Guinée, l’agression du 22 novembre 1970 en est une illustration.

Il fut condamné par contumace par le régime de Sekou Touré. Il rentre en Guinée au lendemain du multipartisme prôné par le Général Lansana Conté dans les années 1990 après la conférence de Bôle qui a imposé aux résidents africains l’entrée dans une nouvelle ère appelée « Démocratie ».

Cette nouvelle démocratie était conditionnée à l’adoption des dons de l’occident aux différents pays du tiers-monde.

Il se présente pour les premières élections présidentielles de décembre 1993. Puis en 1998, où il fut arrêté à Piné dans le Sud du pays ; sous-préfecture frontalière de la Côte d’Ivoire par le régime de Lansana Conté. Il fut jugé et condamné. Après la grâce présidentielle du Chef de l’État, il repart en France et reprend son combat d’intérêt personnel.

Après la mort du général Lansana Conté et l’arrivée des jeunes militaires au pouvoir à Conakry piloté par le capitaine Moussa Dadis Camara.

Alpha Condé use de tous ses moyens et relations avec les multinationales maffieuses pour arriver au pouvoir au lendemain des élections présidentielles de 2010.

Un premier mandat de 5 ans au pouvoir, Alpha dans l’incapacité d’unir son peuple, utilise une politique communiste pour diviser les différentes ethnies du pays pour mieux régner.

Des violations en violations des lois du pays en passant par les assassinats ciblés des militants de l’opposition et des massacres des paisibles citoyens de la Guinée forestière (Zogota, Womé, Zaoro, …), d’intimidation des citoyens et le non-respect des principes et lois du pays.

Nous voilà à la fin de son second mandat, le locataire de Sékhoutouréya au lieu d’être Mandela ; préfère devenir Idi Amin Dada. Il utilise les biens de l’État pour sa campagne tout en devenant distributeur exclusif du Franc guinéen en campagne pour l’achat des consciences de bon nombre des électeurs.

Il recense les enfants mineurs en haute Guinée, intimide les représentants des différents partis politiques dans les bureaux de vote se trouvant dans son fief. Amplifie le pourcentage de votant en haute Guinée pour gagner une fois encore avec une commission électorale qui a failli à sa mission.

Hélas, au lieu de servir bien son peuple, il préfère être aux services de ses faiseurs de roi qui sont : Vincent Bolloré, Robert Bourgi, Tony Blair,…) Dans le continent.

Aujourd’hui, Alpha Condé a fini par créer une armée parallèle dans le pays, l’une est reconnue par les lois de la république et garantie la sécurité de l’ensemble du territoire national tandis que l’autre est constituée d’une bande des hommes chasseurs communément appelée « Donzos » qui est là pour ses propres fins politiques au vu et au su de tout le monde.

Lui qui disait hier être le Nelson Mandela de la Guinée est devenu le Denis Sassou Nguesso du Congo, le Dos Santos de l’Angola ou bien le Robert Mugabé du Zimbabwé qui ont préféré le pouvoir que leur peuple.

 

A LIRE >>  Guinée : Tactique de la ‘’rue brûlée’’ ou la mort programmée de l’opposition dite républicaine

THIERNO HADJIYANKE BALDE
00237678511800 Correspondant de Conakrylemag.com au Cameroun

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l’actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*