Accueil » Libre Opinion » Si le judiciaire prenait ses responsabilités régaliennes en République de Guinée
Alpha_Conde_siège_rpg
Alpha_Conde_siège_rpg

Si le judiciaire prenait ses responsabilités régaliennes en République de Guinée

Tous ceux qui incitent au troisième mandat sont coupables d’incitation à la violation de la Constitution (texte sacré) donc de tentative de coup d’Etat constitutionnel. Ce qui est constitutif d’un crime ; et la tentative d’un crime est punit comme le crime.

Combien de temps les guinéens doivent attendre pour avoir des magistrats surtout du Parquet qui s’engagent à défendre unilatéralement le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs consacrés par la Constitution dont ils ont la charge de la défense en toute première ligne à l’instar de leurs homologues dans les pays à travers le monde ?

Vous pensez n’être pas concernés quand des citoyens politiquement engagés incitent à la violation d’une loi de la République surtout la Loi fondamentale qu’est la Constitution ? Vous avez le principe et le droit de l’auto-saisine en des matières comme celle-ci.

Vous êtes ma première famille professionnelle et nous avons des principes reçus dans nos formations universitaires qui constituent notre serment vis à vis de l’ordre juridique et judiciaire à l’image des médecins qui sont liés par le serment d’Hippocrate.

La prochaine fois je vous expliquerai pourquoi moi, en ma qualité de Substitut du Procureur (le plus jeune de la République) en 1982 – 1984 à Mamou, j’ai démissionné de cette fonction. Les gens inquiets pour moi me demandaient si je me portais bien et qu’est ce que j’allais devenir ! Je répondais que c’est une chose que  je laissais à la discrétion de Allahou Soubhana Wata Allah ! Ce qui était important c’est d’être en harmonie avec ma conscience. Et depuis je continue à dire Alhamoud Lillah Rabbil Alamin !

A LIRE >>  L'Afrique du Sud veut supprimer le visa pour les Africains

Les procureurs de la République, qu’en dites-vous ? S’il vous plaît faites tairelégalement ces déclarations qui, nous le savons tous, sont potentiellement très dangereuses pour la paix et la sécurité dans notre pays.

La Constitution est l’acte juridique élaboré par une autorité spéciale, qui, au plus haut degré de la hiérarchie des actes juridiques règle la dévolution, l’exercice et la transmission du pouvoir, la structure de l’Etat, la création et le régime des principaux actes juridiques, les droits des individus.

Dans notre Constitution qui mérite le respect absolu de la part de tous les guinéens, il y a des règles supra-constitutionnelles que le constituant originaire ou dérivé a bloquées en les mettant à l’abri de toute forme de révision.

Ce sont des dispositions de fonds, véritablement immuables auxquelles personne ni aucun pouvoir ne peut porter atteinte à plus forte raison modifier.

Ces règles ou dispositions sont de ce fait au-dessus de la Constitution elle même. C’est pourquoi on les qualifie de « supra-constitutionnelles ».

Dans la Constitution « sacrée » de la République de Guinée, l’article 154 est une disposition supra constitutionnelle donc immuable qui stipule que :

«  – La forme républicaine de l’Etat ;

  • le principe de laïcité ;
  • le principe de l’unicité de l’Etat ;
  • le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs ;
  • le pluralisme politique et syndical ;
  • le nombre et la durée des mandats du Président de la République ; ne peuvent faire l’objet d’une révision. »

La Constitution, au sommet de l’édifice juridique, en tant que socle sur lequel repose l’équilibre de la Nation, doit être respectée par toutes les normes inférieures et donc par toutes les autorités chargées de les édicter (parlement et exécutif).

A LIRE >>  Le facilitateur onusien Sa

Cela rappelle le principe de constitutionnalité suivant lequel aucune autorité, sans exception et quelle qu’elle soit, dans l’exercice de sa compétence, ne peut se dispenser du respect de l’intégrité des principes et des règles constitutionnelles qui s’imposent à tous les citoyens et à tous les organes de l’Etat.

Cette suprématie de la Constitution et sa sauvegarde incombe heureusement aux juges constitutionnels (Cour Constitutionnelle) auxquels le peuple souverain de Guinée a confié la charge de contrôler que les lois et les personnes ne violent pas la Constitution. Nous comptons entièrement et respectueusement sur eux et que Dieu les protège.

Au peuple de Guinée ; debout ! la première ligne de front de défense de la Constitution est à ta charge ; Toi, peuple souverain à travers tous tes dignes fils et filles épris de paix et de liberté et soucieux du maintien de la paix sur toute l’étendue du territoire national.

Toi peuple souverain et appui de la Cour constitutionnelle, à deux, vous êtes les « anges gardiens » de l’intégrité et de l’inviolabilité de la Constitution notamment son cœur qu’est l’article 154.

Que Dieu préserve la Guinée des Chéytanes et des incarnations sataniques ; Amen!

Honorable Elhadj Dembo SYLLA

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l’actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*