Temps de lecture : 1 minute
VOTRE NOTE

#TrouvonsCherifEspace : Patrons d’organes de médias, dirigeants d’associations de presse, ministre, acteurs de la société civile et personnel du groupe Hadafo Médias ont marché ce mercredi à Conakry pour dénoncer la disparition mystérieuse du reporter Chérif Diallo depuis le 23 juillet.

De la mosquée Sénégalaise à 10 heures, les marcheurs ont rallié la Place des Martyrs avant de faire escale à la Haute autorité de la communication (HAC) et au ministère des droits de l’homme pour prendre fin au ministère de la communication à Boulbinet.

En tête des marcheurs, Amadou Tham Camara, président de l’AGUIPEL, Lamine Guirassy, patron du groupe Hadafo Médias, Dansa Kourouma de la société civile, Mme Moussa Yéro Bah, une des actrices de la marche, Sanou Kerfalla Sow, président de l’URTELGUI et enfin le ministre Alhousseiny Makanera de la communication.

Encadrés par les forces de l’ordre, qui régulaient la circulation routière, les marcheurs scandaient des slogans et brandissaient des banderoles et des pancartes.

A chaque étape, un slogan. Si par endroits, ils criaient « Retrouvons Chérif Diallo » ou « journalistes disparus, on n’en veut plus », devant le palais Sékhoutouréya où le locataire était certainement absent, ils disaient : « président, aidez-nous à retrouver Chérif ».

A trois endroits, la présidente de l’ONG « Femmes, Développement et Droits Humains en Guinée », Moussa Yéro Bah a expliqué aux autorités l’inquiétude de la presse.

D’abord, devant la présidente de la HAC, Mme Martine Condé. Ensuite devant le ministre des droits de l’homme, Kalifa Gassama Diaby et enfin devant le ministre de la communication, Alhousseiny Makanéra. En réponse, les autorités ont appelé à la sérénité.

A LIRE >>  La presse guinéenne face au mutisme de la HAC
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.