Leah, kidnappée en Guinée en 1830 (Par Paul Théa)
Leah, kidnappée en Guinée en 1830

Leah, kidnappée en Guinée en 1830 (Par Paul Théa)

Leah, kidnappée en Guinée en 1830
Leah est l’arrière arrière-grand-mère de l’historienne Américaine Anita Wills auteure de plusieurs publications dont « Pieces of the Quilt » qui parle de l’histoire de Leah en Amérique.
A 12 ans, elle cherchait de l’or au bord d’une rivière quand elle fut kidnappée et embarquée dans un bateau hollandais pour les Bermudes.

Des Bermudes, elle fut transportée et vendue à Charleston en Caroline du Sud. Elle était musulmane, elle n’a jamais changée de religion, elle couvrait toujours sa tête comme vous pouvez le voir sur son portrait. Elle est morte à 97 ans et ses parents trouvèrent qu’elle collectait des pièces de monnaie dans des bocaux pour se payer son voyage retour en Guinée. Elle aimait raconter son histoire à ses enfants et ses petits-enfants.

Anita n’est pas certaine si Leah disait qu’elle était la fille d’un Imam ou d’un Roi. Le but d’Anita est d’aller en Guinée, dans le village de son ancêtre pour lui rendre hommage en faisant le voyage que celle-ci n’a pas pu s’offrir. Anita avait alors pris contact avec l’Ambassade de Guinée aux USA.

C’est notre compatriote Diaraye Sylla qui m’a mis en contact avec Anita. De nos échanges, elle m’a dit que « la femme chrétienne de Lansana Conté, qui s’est installée au Sud des USA, après le décès de son mari, lui a dit que Leah était une princesse car ce sont les princesses qui allaient chercher de l’or au bord des fleuves. Elle était malinké puisque c’est un Keita qui était Roi en Guinée». Sans commentaire. J’ai dit à Anita que je ne vais pas faire de commentaire sur ces affirmations, je vais par contre, lui donner des hypothèses.

  1. Entre 1820 et 1855 (la guerre des mulâtres), tous les irréductibles qui ne voulaient pas arrêter la traite négrières, s’étaient installés au Rio Pongo. Les navires Anglais qui patrouillaient au Rio Pongo avaient leur base sur les Iles de Los qui était territoire Anglais. Le Colonial Journal en Amérique dit qu’au moment de l’arraisonnement de Spitfire au Rio Pongo en 1845, il y avait tellement de bateaux négriers que les navires Anglais qui patrouillaient n’étaient pas suffisants, il fallait plus de navires. Plus nous avançons dans les dossiers, plus l’on découvre une ampleur inimaginable des esclaves transportés à partir du Rio Pongo. J’imagine alors que c’est au Rio Pongo.

  2. Le Père ou le grand père de Styles Lightburn de Farinya était originaire des Bermudes mais cela reste une faible probabilité puisque plusieurs capitaines ou factoreries avaient des connexions aux Antilles et ailleurs. J’avais d’abord découvert la connexion entre Benjamin Curtis et Cuba, avant de trouver celles de John Ormond de Bangalan et Paul Faber de Sagna Paulia avec Cuba. Il y avait bien une connexion entre plusieurs factoreries du Rio Pongo et les Bermudes. Difficile de dire laquelle transporta Leah.

  3. Depuis le temps de John Ormond Sr dans les années 1790 et surtout entre 1820 et 1855, pour vite remplir les bateaux d’esclaves, les négriers n’attendaient pas les caravanes du Fouta ou d’ailleurs, ils faisaient des razzias dans la région. Une des grandes caractéristiques du Rio Pongo. Il était conseillé aux parents de ne pas laisser les enfants s’éloigner des villages, aux femmes de faire les lessives au marigot en groupe et aux hommes d’aller aux champs en groupe.

NB : L’histoire de Leah prouve que malgré la loi Américaine de 1919, interdisant le transport des esclaves de l’Afrique vers l’Amérique, des négriers transportaient des esclaves aux Antilles et ensuite en Amérique. Ce commerce était tellement rentable que les négriers prenaient tous les risques. Nous avons encore à apprendre sur l’esclavage.

La question que je me pose, est de savoir dans quels fleuves du Rio Pongo, les gens allaient chercher de l’or ?

Quelques précisions sur l’histoire de Leah
1. J’ai oublié d’écrire que Leah a raconté qu’elle fut embarquée à 5 miles de son lieu de kidnapping donc moins de 9 km. Cela ne peut être que sur la côte.
2. C’est la femme de Conté qui a dit aa Anita que Leah et les enfants qui furent kidnappés étaient des Malinké et que l’Etat guinéen fait des recherches pour retrouver les traces de ces enfants..
3. Je ne serai pas surpris de découvrir qu’il y a bien eu des recherches de l’or sur les côtes guinéennes. Pendant longtemps, je croyais que le café était produit seulement en Guinée forestière avant de découvrir que le Rio Nunez et le Rio Pongo ont produit des tonnes de café et d’arachide pour l’exportation.
4. Au début de la colonie de la Sierra Leone, c’est Moriah qui exportait le riz en Sierra Leone; j’ai vu un document dans lequel l’on parle de 100 tonnes de riz que Moriah a exporté en Sierra Leone.
5. Je ne voulais pas faire de commentaire sur les infos de Mme Conté mais comment a elle a su que ces jeunes étaient Malinke ? Et dire que l’Etat guinéen fait des recherches sur ces princesses kidnappées. Est ce la même Dame qui a dit en Caroline du Sud être une descendante de Niara Beli ? Je ne sais pas.

  1. Enfin, il y a un commentaire qui dit que la Guinée n’existait pas en 1830. Je le sais mais comme je ne connais pas le village d’origine de Leah, je dis Guinée. Notre ex première dame a plutôt embrouillée Anita dans ses recherches.

Voici deux courriers d’Anita que je partage..
Paul,
Great Great grandmother Leah said that the slavers took them 5 miles down river to the Dutch Slave Ship (according to my mother). They were first taken to Bermuda and I don’t know how long they stayed there before being sold in Charleston, South Carolina.
She was in Beaufort District before being sold to Hilton Head South Carolina. I don’t know what River she was taken down or what the name of her village was. President Conde’s (He is deceased) wife told me my ancestor and the children who were kidnapped from their village were Malinke. After her husband passed she left Guinea and is in the Southern part of the United States. I have not been in touch with her in quite a while.

Forgot to mention that I live in California. Also I am the Author of Several Books one of which Piece of the Quilt the Mosaic of An African American Family chronicles Great Great Grandmother Leah’s story. I wanted to put her story in writing so that she would not be forgotten. The book is sold by Amazon.com. I would send you a copy but I don’t have any on hand right now. They also sell it on Amazon Kindle. If you look at the cover at the bottom my Great Grandfather Samuel Ruth and his wife Maria are pictured.

Great Grandmother Warner’s picture is on the inside of the book. She lived to be 97 years old (1915).
Also. I was really impressed with how my ancestor a 12 year old had so much detail after her ordeal.
Anita Livre d’ Anita
La saga du Rio Pongo continue.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Accident de la circulation à Kouroussa : C’est loin après le cortège ministériel

Accident de la circulation à Kouroussa : C’est loin après le cortège ministériel Trois morts, …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !