habib-yimbering-diallo
habib-yimbering-diallo
Temps de lecture : 3 minutes

Monsieur le ministre,

Depuis que j’ai eu le bonheur de vous connaître, c’est la toute première fois que je juge nécessaire de vous écrire. Parce que l’heure est grave. D’autant plus grave que je suis désespéré. La raison, vous la connaissez peut-être. Mais ce n’est pas exclu que la cause de mon malheur soit passé inaperçu. Chez vous et chez d’autres.

Non pas parce que vous êtes insensible à mes problèmes et difficultés. Mais parce que, a priori ce qui me rend si désespéré ne me touche pas directement. Mais parfois mieux vaut être touché directement qu’indirectement. Un proverbe de chez moi dit :

« Si vous arrivez au milieu d’un troupeau de moutons et que vous trouvez que tous bêlent à l’exception d’un seul, aidez celui-là. Il est plus souffrant ».

Je suis donc le plus souffrant dans cette affaire dite d’infiltration.

Vous avez donc compris Monsieur le ministre à quoi je fais allusion. Il s’agit de cette déclaration pour le moins fracassante de ce haut perché de notre parti.

Lequel indique que l’opposition a infiltré notre grand parti. Or qui parle d’infiltration parle forcément de ceux qui ont rejoint le parti. Les militants de première heure sont insoupçonnables. Nous, qui sommes venus ces derniers temps, nous nous sentons particulièrement visés par cette déclaration.

D’ailleurs, je vous signale que lors de la dernière assemblée générale, tous les yeux étaient rivés sur nous. On nous jetait un regard méfiant voire hostile. Je ne vous apprends rien en vous disant que dans un pays où la majorité des gens sont sans opinion et suivent les autres, cette déclaration a fait l’effet d’une bombe. Quelqu’un m’a même indexé comme le petit de ce Loup. C’est plus-tard, en réfléchissant, que j’ai compris ce qu’il voulait dire. Pour lui, je suis une taupe de Cellou Dalein Diallo. Or seul Dieu sait que je fus mais je ne suis plus de l’opposition.

A LIRE >>  Le leader politique qui trahit la confiance et la fidélité de ses militants, trahira celles de son peuple.

Devant une telle situation, je n’ai pas le choix que d’exprimer un point jugé extrémiste par nombre d’observateurs. C’est ainsi que j’ai apporté mon soutien à ce jeune militant de notre parti qui vient de faire l’objet d’interpellation et incarcération. Ce jeune est qualifié d’extrémiste et d’ethnocentriste. Mon attitude d’être parfois plus royaliste que le roi a un seul objectif : convaincre les responsables et militants de notre parti de ma fidélité.

Ostracisé par les miens à cause de mes prises de position, il ne me reste plus que le parti. Et bien sûr vous-même qui m’avez intégré dans ce parti. Vous représentez ma famille. Et le parti ma communauté. C’est dire que si ce parti m’abandonne je ne trouverai pas un refuge entre terre et ciel.

Dans la foulée quelqu’un a eu l’idée maléfique et démoniaque de me proposer de retourner dans l’opposition si jamais les gens continuaient à me faire un mauvais procès au sein de notre grand parti. Je vous prie de ne pas prendre cette information comme un chantage mais comme une sincérité de ma part. J’ai répliqué à l’intéressé que pour rien au monde je ne serai comme notre nouvel allié qui détient le record mondial de transhumance.

Pour conclure monsieur le ministre, je souhaite obtenir de vous deux choses : la première ce sont bien sûr vos sages conseils. La deuxième c’est une protection. Je souhaite que vous fassiez comprendre aux autres que je suis et serais toujours un des leurs quoi qu’il arrive. Vous êtes mon dernier espoir dans la mesure où mon autre mentor à lui-même d’autres grains à moudre en ce moment à cause de ce qui s’est passé en Egypte.

A LIRE >>  Mon esprit éprouve quelque surprise quant à ces vaines polémiques. Ahmed Kourouma

Quand j’ai pris contacte avec ce monsieur pour lui expliquer mes déboires, il m’a répondu que pour le moment chacun de nous devra prêcher pour sa chapelle. Mais, je souhaite que vous gardiez cette information pour vous seul. Parce que je ne veux pas ajouter d’autres problèmes à mes ennuis actuels.

Comptant que sur votre soutien habituel, je vous prie de recevoir, monsieur le ministre, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.

Le militant inconditionnel

Habib Yembering Diallo

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.