Médiation en Guinée Bissau : Une mission de la CEDEAO pour évaluer les Accords de Conakry

    0
    Médiation en Guinée Bissau : Une mission de la CEDEAO pour évaluer les Accords de Conakry
    Médiation en Guinée Bissau : Une mission de la CEDEAO pour évaluer les Accords de Conakry
    Mode nuit

    Médiation en Guinée Bissau : Une mission de la CEDEAO pour évaluer les Accords de Conakry

    L’Accord de sortie de crise, signé le 14 octobre 2016, à Conakry, souffre dans sa mise en œuvre, en Guinée Bissau, pour la crise politique et institutionnelle qui secoue le pays depuis 2015.
    Pour l’opposition politique, la société civile et les leaders religieux bissau-guinéens, ainsi que les représentants de la communauté internationale à Bissau et la médiation guinéenne, la persistance de cette crise à Bissau est la preuve que ce document, signé par les acteurs impliqués dans cette crise, ainsi que les représentants de la société civile et des confessions religieuses, n’est pas appliqué.
    Sur mandat donc du Médiateur de la CEDEAO dans la crise en Guinée Bissau, Pr Alpha Condé, Président de la Guinée, Président en exercice de l’UA, et de la Présidente de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, Mme Elle Johnson Sirleaf, Présidente du Liberia, une mission ministérielle de suivi et d’évaluation a quitté Conakry, dimanche soir, 23 avril, pour Bissau.

    Cette mission était composée de la Ministre des Affaires étrangères du Libéria, Marjon V. Kamara, du Ministre d’Etat Secrétaire général de la Présidence de Guinée, Naby Y. Kiridi Bangoura, Envoyé spécial du Médiateur, du Président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Souza, le Ministre des Affaires étrangères de la Sierra Leone, Samoura Kamara, ainsi que du Directeur de cabinet du Ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Mamadou Dème, représentant son Ministre.

    La participation du Sénégal à cette mission prouve à suffisance la mobilisation voulue par le Médiateur de la CEDEAO pour réussir une meilleure sortie de crise pour la Guinée Bissau.

    La mission qui a d’abord rencontré les diplomates, conduits par le P5 (ONU, UA, UE, CEDEAO, CPLP), la société civile, les leaders coutumiers et religieux, a été suffisamment édifié sur l’impasse socio-politique en Guinée Bissau, voulue et entretenue par la classe politique et les hautes autorités du pays qui, par manque de volonté politique, n’arrive à mettre l’Accord de Conakry en œuvre, dénonce-t-on.

    Bref, outre les entités politiques représentées au Gouvernement, tout le monde est unanime de la non application de l’Accord de Conakry, surtout en ses premier et second points ; la nomination d’’un Premier ministre de consensus, ayant la confiance du Président de la République, et d’’un gouvernement inclusif.

    Si l’actuel Premier ministre, Omar M. Embalo Sissoco, a la confiance du Président José Mario Vaz, il ne fait pas consensus, d’où l’absence notamment de représentants du PAIGC dans son gouvernement.

    Ainsi, le dialogue politique est rompu. La crise a été relancée. L’Assemblée nationale populaire, comme avec le précédent Premier ministre, Baciro Dja, n’a jamais daigné recevoir le Premier ministre Sissoco pour voter son programme. Ce qui rend désormais sa primature caduc aux yeux de la constitution bissau-guinéenne qui lui 60 jours pour passer devant les députés.

    Au terme des rencontres, la mission a noté avec satisfaction :
    – La reconnaissance de l’Accord de Conakry par toutes les parties, comme la seule et l’unique base pour une sortie de crise en Guinée Bissau.
    – La disponibilité des acteurs politiques et institutionnels à renouer le fil du dialogue.

    A souligner que cette mission arrive quelques jours après la signification officielle par la Présidente en exercice de la CEDEAO, Mme Johnson Sirleaf, au Président José Mario Vaz, du début de retrait de la force ouest-africaine, en Guinée Bissau (ECOMIB).
    Ce retrait qui devait débuter durant le premier trimestre de cette année, commencera à la fin de ce mois d’avril jusqu’au 30 juin prochain. Ce qui ne rassure pas les leaders religieux. Ils ont plaidé pour le maintient de l’ECOMIB qui assure le peu de stabilité que la Guinée Bissau connaisse aujourd’hui, craignant le retour des années noires de coups d’Etat.

    En attendant, le Médiateur Alpha Condé fera un état des lieux de la crise en Guinée Bissau, à ses pairs de la CEDEAO, en juin prochain, à Monrovia, lors du Sommet de l’organisation sous-régionale.


      0
      conakrylemag Magazine
      Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

      Comments

      Leave a reply

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.