Le président guinéen Alpha Condé fait une déclaration à l'ouverture d'une conférence internationale sur l'émergence du continent africain, le 28 mars 2017 à Abidjan | AFP | SIA KAMBOU
Le président guinéen Alpha Condé fait une déclaration à l'ouverture d'une conférence internationale sur l'émergence du continent africain, le 28 mars 2017 à Abidjan | AFP | SIA KAMBOU
Temps de lecture : 3 minutes

Excellence Monsieur le Président Alpha Condé, En tant qu’observateur de la scène politique guinéenne, je ne suis pas étonné de vos récentes déclarations sur la nouvelle constitution. En effet, vos propos depuis plusieurs mois laissaient présager votre volonté de retoucher la constitution actuelle pour vous maintenir au pouvoir. Votre récente sortie dans la presse sénégalaise ne laisse plus aucun doute sur votre ambition. C’est pourquoi, en tant que citoyen de ce pays, je me fais le devoir de vous alerter des germes de conflits et de divisions profondes que renferme ce projet de nouvelle constitution et je plaide pour son abandon.

Monsieur le Président, vous avez donné votre caution morale à ce débat sur la nouvelle constitution qui prend forme dans la cité. Vous dites que le débat doit être ouvert et libre. Mais à ce jour, aucun citoyen à part vous ne connait le contenu de cette nouvelle constitution. Le seul objectif donc affiché et clamé par vos partisans est de vous permettre de rester au pouvoir pour poursuivre vos œuvres. La seule raison à ce débat est de tordre le bras à nos lois pour qu’un homme et son système puissent continuer de jouir des privilèges de l’Etat au détriment de l’intérêt général.

Monsieur le Président, vous ne pouvez pas vous refugier derrière la notion de volonté populaire pour justifier ce projet de nouvelle constitution. En tant que président et homme d’Etat, vous devez aussi être guidé par votre conscience et par la morale. Ce sont les Hommes qui font et défont les lois. Celles qui résistent au temps sont celles que les Hommes et femmes de par leur conviction et leur volonté ont pu et su préserver. Vous avez le pouvoir de mettre fin à cette mascarade par une simple déclaration solennelle. On dit que c’est Dieu qui donne le pouvoir. C’est vrai. Mais parfois, Dieu donne le pouvoir à certains pour les tester et les éprouver. Soyez du bon côté de l’histoire.

A LIRE >>  Le silence face à un crime est aussi grave si non plus que le crime lui-même.

Monsieur le président, je sais que notre jeune démocratie est encore fragile, et imparfaite. Cependant, comme une jeune pousse, elle a besoin de temps, de patience, de terreau fertile et de lumière pour grandir, s’améliorer et s’adapter à nos réalités. Je ne suis pas contre une éventuelle révision de notre constitution. Mais j’estime que ce n’est pas le bon moment et que vous n’êtes pas la bonne personne pour mener ce projet.

Monsieur le président, la jeune génération y compris la mienne a besoin de modèles et de repères. L’Afrique a besoin de leader qui inspire ses enfants. Après plus de quarante ans de lutte contre les régimes des présidents Sekou Touré, Lansana Conté, Moussa Dadis Camara, pour l’instauration de la démocratie dans notre pays, après avoir été le premier président démocratiquement élu et après bientôt dix ans d’exercice du pouvoir, nous pensons que votre rôle désormais est de nous montrer le bon exemple en choisissant d’être le premier président guinéen à céder le pouvoir démocratiquement à son successeur élu. Cet acte garantirait à coup sûr l’ancrage de notre pays dans la démocratie.

Monsieur le président Alpha Condé, le leadership appelle à la confiance. Faites confiance en la jeunesse et au peuple de Guinée. Ce pays regorge d’hommes et de femmes capables de prendre le flambeau et de conduire le pays vers l’émergence et la réconciliation. Le développement n’est pas une affaire d’homme ou de femme providentiels. C’est une affaire d’hommes et de femmes conscients de leurs responsabilités, de leurs rôles vis-à-vis de la patrie et qui sont prêts à travailler dans ce sens. Le développement comme toute œuvre humaine, n’est jamais achevé et se construit dans le temps. Ce n’est pas une question d’Alpha Condé ou pas. La Guinée a survécu et continué sa construction après ses anciens présidents. La Guinée survivra après le Président Alpha Condé et à tous ses futurs présidents.

A LIRE >>  Tierno Monénembo - « Le charme discret du tribalisme »

Monsieur le président, je suis inquiet pour mon pays, pour mon avenir et celui de mes enfants. Monsieur le président, veuillez renoncer à ce projet de modification ou de nouvelle constitution pour renforcer notre démocratie et garantir la paix. Épargnez-nous d’un nouveau conflit. Il y a des personnalités valables dans votre parti qui peuvent prendre votre relève si le peuple le décide à l’issue d’une élection. Monsieur le Président, choisissez de quitter librement le pouvoir. Soyez le premier président à faire une passation démocratique du pouvoir en 2020. Choisissez d’être le Mandela de la Guinée. Soyez un modèle d’inspiration pour nous les jeunes africains. Je compte sur votre sens élevé de responsabilité et d’honneur en préservant notre chère patrie.

Avec tout mon respect et ma très haute considération.

Abdoul Karim Bangoura

Citoyen guinéen

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.