Non mais, c’est dans quel monde nous vivons ?
Capture d'écran du 8 août 2016 d'une vidéo de Boko Haram montrant son leader Abubakar Shekau | BOKO HARAM/AFP | HO, HO, HO
Capture d'écran du 8 août 2016 d'une vidéo de Boko Haram montrant son leader Abubakar Shekau | BOKO HARAM/AFP | HO, HO, HO

Non mais, c’est dans quel monde nous vivons ?

Je ne comprends rien à ce foutu monde. Plus j’y pense, plus mon cerveau se mélange comme la tête d’un rastaman con. Décidément, les gens n’ont même plus peur du Dieu qu’ils disent adorer.

Surtout au Nigeria où ces enfoirés de Boko Haram peuvent se permettre de mettre le feu à des écoles comme si c’était des trous à rats pour y brûler les pauvres mômes qui y sont allés pour s’instruire.

Ces fous d’Allah peuvent prétendre être contre l’école des Blancs, mais de là à tuer des enfants et à kidnapper des jeunes filles, il y a un pas de trop.
Comment on peut être aussi bête et méchant ?

Malheureusement, personne n’ose lever le petit doigt contre le terrorisme insoutenable de Boko Haram. C’est vrai que le président du pays est malade. Seulement, lorsqu’on a affaire à des gens capables de s’en prendre à la vie des gosses, il n’y a aucune chance de les raisonner.

On est où là ? Comment peut-on imaginer qu’une secte qui prétend défendre l’islam puisse «vendre des filles au nom d’Allah» ?

Si c’est cela avoir la foi, je préfère encore ne pas en avoir du tout. Même en enfer, je ne pense pas qu’on puisse se permettre une telle punition contre un mécréant. C’est simplement horrible, c’est cauchemardesque. Je n’aimerais pas vivre dans ce coin de la terre.

Déjà qu’il n’y est pas possible de siffler tranquillement une bonne boisson, s’il faut craindre de perdre ses mômes à tout moment, ce n’est pas la peine. C’est mieux d’aller directement en enfer pour attendre le jugement de Dieu que de subir la méchanceté de ces enfoirés sans foi ni loi.

C’est vrai qu’on n’est pas toujours bien loti ici en Guinée. Mais Dieu nous garde de ces conneries d’incendies d’écoles, d’attentats en plein centre-ville et de rapts de jeunes filles.

Des musulmans modérés peuvent même se permettre ici une bière en passant. On n’a pas peur d’échanger des salutations avec un barbu ou avec un gars au pantalon court.

C’est vrai que ce n’est pas la cohabitation parfaite. Mais en dehors des désagréments matinaux du muezzin, on peut remercier Allah de nous avoir épargné de la menace de ces enfoirés de Boko Haram.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Violences post-électorales en Guinée : l’UNICEF est profondément alarmé par la mort des enfants

DAKAR, 24 octobre 2020 – L’UNICEF est profondément alarmé par les derniers rapports sur les …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !