Mohamed Traoré
Temps de lecture : 1 minute

On nous dit  » il faut séparer le débat sur le changement de constitution de celui relatif à la possibilité pour le Président de la République de briguer un mandat supplémentaire. Les deux sont pourtant indissociables car c’est une question de cause à effet. La possibilité de briguer un 3ème mandat -fut-il le premier de la 4ème République- est une conséquence directe d’un changement de constitution. Et tout porte à croire que c’est cet effet qui est recherché.

Lorsqu’on entend des déclarations du genre » Le Président va mourir au pouvoir  » ou  » Laissez-le finir son travail « , il est impossible de ne pas avoir à l’esprit que le changement de constitution a pour unique but ou tout au moins pour effet d’accorder au Président de la République la possibilité de briguer un 3ème voire un 4ème mandat.

Ce serait injuste de condamner ceux qui croient en cette hypothèse car il y a des signes qui ne trompent pas. Il est certain que si l’idée de permettre au Président de la République de  » terminer ses chantiers  » n’avait pas émise, ce projet de changement de constitution n’aurait pas soulevé autant de problèmes. Si l’intéressé lui-même faisait aujourd’hui une adresse à la Nation pour dissiper toutes ces appréhensions liées à son projet, la tension baisserait de façon inimaginable et la vie reprendrait son cours normal.

A LIRE >>  Quelle démocratie pour la Guinée ? Que faut-il pour un réel ancrage de cette démocratie ? Comment garantir sa pérennité ?

Il faut souhaiter qu’il ait la clairvoyance nécessaire pour sortir le pays de cette situation. Nous devons tous prier pour cela car il y va de l’avenir de la Guinée.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.