Accueil » Politique (page 2)

Politique

Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger Communiqué sur la situation des Ressortissants Guinéens vivant en Libye

Mamadi Touré

Conakry, le 22 novembre 2017 – Dans le prolongement de la déclaration de S.E. Professeur Alpha Condé, Président de la République, Président en exercice de l’Union Africaine, le Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger réitère l’indignation totale du Gouvernement guinéen face au commerce odieux et ignominieux, des Africains Noirs en Libye, et condamne avec la plus grande fermeté ...

Lire la suite...

URGENT Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, le 13 avril 2016 à Harare | AFP/Archives | JEKESAI NJIKIZANA

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l’Assemblée nationale lors d’une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution. « Moi Robert Gabriel Mugabe (…) remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat », a déclaré le président de l’assemblée ...

Lire la suite...

Crise au Zimbabwe: les présidents sud-africain et angolais à Harare mercredi

Le président sud-africain Jacob Zuma, le 12 avril 2017 à Soweto | AFP/Archives | John WESSELS

Les présidents sud-africain Jacob Zuma et angolais Joao Lourenço se rendront mercredi à Harare pour tenter de trouver une issue à la crise politique au Zimbabwe, a annoncé mardi le chef de l’Etat angolais à Luanda. « Nous avons décidé, moi et le président Jacob Zuma, de nous rendre à Harare demain matin », a déclaré Joao Lourenço à l’issue d’une réunion ...

Lire la suite...

Il y a quelque chose qu’il faut qu’on se dise les yeux rouges dans les yeux rouges.

Abdoulaye Sankara

C’est notre manque de réaction. En effet nous avons pris l’habitude de ne pas réagir, un peu comme si nous n’étions pas concernés par ce que nous voyons, par ce que nous vivons. Un abruti se comporte mal en circulation, on peste quelque peu et on circule; après, se dit-on, on n’est pas de la police routière. Tous les fonctionnaires ...

Lire la suite...

NFD exige du gouvernement la satisfaction des revendications légitimes des enseignants

mouctar_diallo_NFD

Une grève des enseignants qui perdure et qui se transforme en crise sociale affectant la vie nationale est preuve de médiocrité de la gouvernance. Le gouvernement doit faire de l’anticipation, de l’écoute, du dialogue, de l’efficacité et de la bonne foi ses instruments de gouvernance. NFD exige du gouvernement la satisfaction des revendications légitimes des enseignants pour que les élèves ...

Lire la suite...

Guinée: un mort lors de manifestations d’élèves contre la situation dans l’éducation

Un jeune homme de 17 ans a été tué par la police lors de heurts lundi à Conakry au cours de manifestations de milliers d'élèves du primaire et du secondaire dénonçant la situation de l'éducation en Guinée, ont indiqué un membre de sa famille et une source hospitalière. Le jeune homme, Souleymane Diakité, "revenait de son école (...) lorsqu'il a rencontré, en compagnie de ses camarades, un contingent de policiers qui avait du mal à contenir les furies d'autres manifestants et a tiré à balles réelles, dont une l'a fauché", a déclaré un oncle de l'élève à un correspondant de l'AFP. "Ses camarades ont alors crié et les policiers n'ont même pas pris la peine de le secourir", a-t-il ajouté. "Lorsque les policiers ont tiré sur le gamin qui est tombé, ses camarades qui ont voulu le secourir ont été tabassés par les flics (sic), dont deux ont été grièvement blessés", a déclaré un responsable de la Croix Rouge interrogé par l'AFP. Selon lui "la balle a horizontalement traversé le ventre de l'enfant, ne lui laissant aucune chance de survie". "J'ai appris qu'un jeune élève a été tué lors de ces manifestations et qu'une fille a été violée par un enseignant lorsque tous les élèves ont quitté leur école", a déclaré à la télévision privée Evasion Guinée le ministre de l'Education nationale, Ibrahima Kalil Konaté. Par ailleurs, quatre syndicalistes ont été libérés lundi soir par la justice après avoir été entendus "près de deux heures", a indiqué à l'AFP leur avocat, Salifou Béavogui. Ces responsables du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), qui a déclenché le 13 novembre une grève illimitée pour exiger une augmentation de salaires et de meilleures conditions de travail, avaient été arrêtés samedi à Conakry. Le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, avait justifié les arrestations par le fait que ces syndicalistes étaient "accusés de trouble à l'ordre public et d'appel à une grève illégale", lancée sans respect du préavis prévu par la loi. Avant leur libération, le porte-parole des grévistes, Mohamed Bangoura, avait affirmé à l'AFP que ces arrestations n'allaient "pas affaiblir le mouvement". "Nous allons nous battre jusqu'à l'obtention totale et entière de nos revendications", a déclaré M. Bangoura. Les appels à manifester lundi ont également été assez largement suivis en province, notamment dans le nord du pays, à Koundara, Mali et Gaoual, ainsi qu'à Fria (ouest) et, dans une moindre mesure, dans l'est, à Kankan, Siguiri et Faranah, a appris l'AFP de sources syndicales jointes sur place. Dans l'après-midi, les jeunes ont jeté des pierres contre les forces de l'ordre protégeant le bâtiment du ministre de l'Education nationale, selon un correspondant de l'AFP. A Dabompa, dans l'est de la capitale, des témoins ont fait état de tirs à balles réelles de policiers qui ont fait quatre blessés parmi les manifestants. Aux cris de "Alpha zéro --en référence au président Alpha Condé-- gouvernement zéro", "Nous voulons nos profs, non au sabotage et à la politisation de l'école!", les jeunes manifestants avaient érigé dans la matinée des barricades et renversé des poubelles, provoquant la panique chez les automobilistes. Sur l'autoroute Le Prince, principal axe qui traverse Conakry de la banlieue au centre-ville, les commerces et les stations service sont restés fermés et les transports inexistants. Les grévistes exigent l'application totale du statut particulier de l'Education, qui prévoit une augmentation de l'indice et des salaires obtenus sous le général Lansana Conté (1984-2008), confirmés en septembre 2016 lors des négociations entre gouvernement et syndicats de l'éducation. En février, huit personnes avaient été tuées, dont plusieurs par balles, lors des manifestations liées à une grève des enseignants.

Un jeune homme de 17 ans a été tué par la police lors de heurts lundi à Conakry au cours de manifestations de milliers d’élèves du primaire et du secondaire dénonçant la situation de l’éducation en Guinée, ont indiqué un membre de sa famille et une source hospitalière. Le jeune homme, Souleymane Diakité, « revenait de son école (…) lorsqu’il a ...

Lire la suite...

Toutes les occasions sont bonnes pour se donner en spectacle et dévorer le peu de ressources qui nous fait courir.

Abdoulaye Sankara

Pour vous dire la vérité, croix de bois croix de fer, j’ai marre de vivre dans ce pays où on crie famine à longueur de journée alors qu’on n’arrête pas d’y organiser la mamaya. Toutes les occasions sont bonnes pour se donner en spectacle et dévorer le peu de ressources qui nous fait courir Tout cela, avec la bénédiction de ...

Lire la suite...