Accueil » Politique » Polygamie des hommes politiques guinéens Les ravages d’une réalité guinéenne
Cellou Dalein et sa femme Halimatou
Cellou Dalein et sa femme Halimatou

Polygamie des hommes politiques guinéens Les ravages d’une réalité guinéenne

Décidément, les semaines écoulées auront été celles au cours desquelles le débat sur la polygamie a été le plus mené dans la cité.

En ce sens que même des personnes issues de familles polygames multigrades et endurcies se sont invitées au débat pour interpréter favorablement ou défavorablement le phénomène.

Tout est parti de l’alliance scellée entre le président de l’Ufdg et dame Kadiatou Bah à Labé le dimanche 28 mai 2017. La manifestation qui se voulait pourtant sobre, ne l’aura finalement pas été. Puisque le célè- bre morceau ‘‘Tourou, tourou ! Handhé ko touroulé’’ y a été entonné plusieurs fois.

Un mariage qui vient compléter à deux le nombre d’épouses que compte désormais le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. La seconde résidera dans la cité de Karamoko Alpha Mo Labé, loin de Halimatou Dalein Diallo.

Selon les discrétions, Kadiatou Bah, la cinquantaine, serait une des nombreuses cousines du premier imam de Labé, Elhadj Thierno Badrou Bah, par ailleurs arrière-petite-fille de Thierno Aliou Bhoubha Ndiyan, grand érudit du Fouta.

L’autre mariage qui aura tant fait jaser, c’est celui du ministre d’Etat, ministre conseiller à la Présidence de la République, Bah Ousmane dont le cœur a élu Mm e Makalé Cam ara, actuelle ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’extérieur. La cérémonie religieuse s’est déroulée le jeudi 25 mai dans la grande famille de la mariée à Dubréka, alors que se commémorait à Conakry la fête de l’Union africaine.

Ce qui expliquerait la non-présence des deux conjoints au lieu du mariage. C’est alors que les deux familles, ainsi que leurs alliés se sont retrouvés, comme le veut la tradition, pour sceller l’union entre les deux hauts perchés de l’administration publique guinéenne. Ce qui complète à 4 le nombre de femmes du président de l’Upr.

A LIRE >>  Legislatives 2013 le Rpg et l'Ufdg se partagent les voix en Gambie Allemagne Dinguiraye et coyah

Après bien entendu Hadja Fatamata Binta «Canada», Hadja Fatamata Binta «Top pressing» et Hadja Fatoumata Binta «Bam béto», Hadja Makalé Cam ara vient ainsi boucler la porte qui était jusque là ouverte au ministre Bah Ousmane.

Parce que l’islam auquel s’identifie le leader de l’Upr- interdit tout fidèle musulman d’avoir plus de quatre femmes au foyer. Code civil désuète Depuis bien des ans, le Code civil guinéen interdit la polygamie. Mais cette loi est en perpétuelle souffrance quant à son application depuis la première République il y a près d’un demi-siècle. Et comme si aucune législation en vigueur ne le lui défendait, l’incarnation

de la figure de proue de l’opposition guinéenne s’est offert une seconde épouse l’autre weekend à Labé. Une situation à laquelle a été amené le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle à réagir. Mais la réponse du député Amadou Dam aro Cam ara est sans équivoque.

Parce que dit-il, ne trouvant aucun mal à cela, étant lui-même polygame. D’ailleurs, le député déclare que cette loi interdisant la polygamie est désuète. Il envoie pour preuve un texte qui existe sur du papier depuis 1968, mais qui peine à s’appliquer. Ceci dit, le mariage n’est pas seulement légitime que quand il est scellé devant des officiers de l’état-civil. Il y a également des mariages religieux, mais aussi coutumiers qui restent légitimes, enseigne-t-il.

Par Mady Bangoura

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


A LIRE >>  Un américain victime d'escroquerie à Conakry

À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*