Accueil » Politique » RÉFORME DE LA CENI Avec le soutien de l’OIF, la Guinée va adapter son modèle
RÉFORME DE LA CENI Avec le soutien de l’OIF
RÉFORME DE LA CENI Avec le soutien de l’OIF

RÉFORME DE LA CENI Avec le soutien de l’OIF, la Guinée va adapter son modèle

Du 7 au 9 juin 2017, il s’est tenu à Conakry, un ‘‘atelier d’imprégnation et de croisement d’expériences en matière d’organes de gestion des élections’’ organisé par le gouvernement guinéen avec le soutien de l’OIF dans la perspective de la réforme de la Ceni pour la rendre plus professionnelle dans la gestion des élections.

Près de 60 personnes, dont des membres du gouvernement, de la classe politique, de la Société civile, des organisations internationales impliquées dans le processus électoral ont pris part à cet atelier.

La rencontre a permis de passer en revue un certain nombre d’expériences développées par des pays africains en matière de gestion des processus électoraux. Durant ces 3 jours, les partenaires techniques et financiers ont manifesté l’intérêt d’accompagner la Guinée dans son processus de qualification du cadre légal est institutionnel des élections.

Au terme des échanges sur les expériences du Ghana, du Burkina Faso, du Sénégal et du Cameroun portant sur le fondement, la composition et le fonctionnement des organes de gestions des élections, il ressort qu’il n’existe pas de cadre institutionnel parfait en matière de gestion des processus électoraux.

Et que la réussite des élections dépend, entre autres, de la qualité des hommes pour animer les structures électorales, de type de management de l’institution et du respect des dispositions constitutionnelles. Pour améliorer le cadre institutionnel de la CENI, les participants ont formulé des recommandations.

Entre autres: la révision des modalités de désignation des commissaires, la fixation des critères de compétence des membres de la CENI tout en garantissant leur indépendance de manière à les mettre à l’abri du besoin, et la dotation d’une autonomie budgétaire à l’institution en la soumettant à l’obligation de rendre des comptes.

A LIRE >>  PACTE II appui au Ministère de la justice et dans le cadre de l'appui au processus électoral

Ainsi que la mise à disposition d’une expertise des partenaires au développement sur l’élaboration d’une nouvelle loi sur la CENI, mais aussi la nécessité de favoriser l’émergence des cadres de concertation et de réflexion en appui aux réformes du système électoral envisagé.

Le représentant de la secrétaire géné- rale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Mohammed Sallya Sokona a souligné qu’il n’y a pas de schéma standard en ce qui concerne les organes de gestion des élections. «C’est dire que la mise en place de tout système des processus électoraux doit se faire dans la prise en compte du contexte politique et des réalités économiques, sociales, voire culturelles», admet M. Sokona.

La réflexion entamée en Guinée depuis quelques mois et qui a pris un tournant décisif avec les travaux de cet atelier, explique-t-il, «engage toutes les parties prenantes à travailler ensemble sans aucun esprit partisan pour la réussite des échéances électorales majeures de 2018 pour les législatives et 2020 pour la présidentielle». Le ministre de l’Administration du territoire, le général Bouréima Condé a mis l’accent sur le devenir de la nation.

C’est pourquoi, précise-t-il, certains thèmes qui prêtaient à incompréhension ont été retirés du programme. «Nous nous sommes retrouvés pour que la Guinée puisse connaitre des élections libres, transparentes, équitables dont les résultats seront acceptés par tous. Cela ne se fait pas le jour des élections, mais ça se prépare. La Guinée a devant elle des échéances dans le court et le moins termes. Des élections communales, nous serons aux législatives. Ensuite, à la présidentielle.

A LIRE >>  Qui est Black M, l'idole des jeunes que les stars s'arrachent?

C’est une chaine dont les maillons se touchent pratiquement. Et notre CENI aura son mandat échu en 2019. Il fallait donc de la matière à réflexion pour que ce ne soit pas en 2019 qu’on se dise quel est l’organe de gestion des élections dans notre pays. Parce que nous savons tous qu’il faut améliorer notre système électoral».

Le général Condé voit juste. L’atelier a été un grain à moudre qui a permis de fixer la Ceni sur les attentes de l’heure. Reste maintenant à savoir si avec le soutien de l’OIF, le gouvernement et la Ceni baliseront la voie d’un organe de gestion des élections dignes et acceptées de tous. Par Abdoul Malick Diallo

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*