Le retour du Capitaine civil politique Dadis Camara

Le pétulant capitaine Moussa Dadis Camara est las de son séjour burkinabè, qui refuse toujours de dire son nom en tant qu’exilé. Même si la raison est grosse comme le Stade du 28 Septembre, personne ne la lui a jamais signifiée pour lui dire clairement que des gens l’attendent à croupetons.

Conscient ou pas de ce qui l’attend et se dit à son insu, à tous prix, il compte revenir au bercail avec tambour et trompette, espérant jouer au trouble-fête et gâte-sauce dans une cuisine politique assez malsaine, déjà.

En effet, les grandes alliances politiques de dupes qui se sont formées en juin 2010 sont en pleine déliquescence, et les héros sont fatigués, ainsi que la « Communauté internationale », d’ailleurs, qui ne sait plus sur quel pied danser, puisqu’elle est de moins en moins tranchante, pour ne pas dire laxiste comme l’Union africaine.

Ce qui se passe au Burundi en dit long. Et il y a des similitudes ou des coïncidences bizarres entre là-bas et ici. L’atmosphère est plus que méphitique et délétère. Mais, ce qu’on appelle la « Communauté internationale » va-t-elle abdiquer et tirer-au-flanc ? La question reste posée.

 

En attendant, les choses progressent dans le landerneau, elles ne sont plus ce qu’elles étaient, la formation de « nouveaux continents politiques » n’étonnera que les simplets. L’alliance, ou plus précisément la mésalliance entre les deux poids lourds de l’opposition dite républicaine avait un temps fait illusion, elle vient de crasher et de clasher en public, et ce n’est pas un jeu de mots abusif de le dire ainsi.

Les partis outsiders et tocards qui faisaient partie de cette opposition sont désorientés et sans repère, ne sachant de quel côté leur pain pourrait être beurré dans cet avenir politique plus qu’incertain. En cas de ballottage, et il est inévitable, on devinerait difficilement, dans la configuration actuelle de l’échiquier et dans cette volatilité, la direction des reports des voix.

 

Si l’opposition a perdu bien de sa superbe, la mouvance présidentielle est aussi en pleine panique. Elle a raison de ne pas être sereine, malgré tout ce dont elle pouvait avoir raison de l’être. Ainsi, confondant vitesse et précipitation, elle n’a pas su exploiter adéquatement l’effectivité du courant électrique, qui était pourtant son plus précieux capital de campagne.

Kaléta n’a pas été solennellement, officiellement et tapageusement inaugurée comme des ponceaux et passerelles insignifiants hyper-médiatisés. Peut-être les premiers à-coups et faux départs avaient assommé les orgueils et assurances, l’inespérable électricité est dans les foyers, le rêve est devenu réalité comme si de rien n’était. Les Guinéens ont longtemps réclamé la lune, et maintenant qu’ils l’ont, elle ne brille pas assez pour jubiler.  Pendant ce temps, Ebola fait des siennes sur des tas d’immondices…

 

C’est dans cette conjoncture particulière donc que Dadis trouve à-propos de rappliquer pour jouer le tout pour le tout dans la politique pour négocier une problématique amnistie, mais qui pourrait l’amnistier, sans recevoir les foudres des victimes du 28 septembre 2009, parmi les acteurs politiques en compétition ?

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Abdoulaye Sankara

En plus de la pollution quotidienne, mon idiot de voisin fait un magnifique feu de déchets.

Arabakhi di ? Tanatè ? Tabaski de mes deux ! En cette fête de Tabaski …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !