RTG-Koloma télévision nationale RTG Guinée
RTG-Koloma télévision nationale RTG Guinée

RÉVÉLATION TROUBLANTE : DÉTOURNEMENT DE 89 MILLIARDS À LA RTG 

RÉVÉLATION TROUBLANTE : DÉTOURNEMENT DE 89 MILLIARDS À LA RTG 

 

Des sources proches de l’inspection Générale des Finances, du Ministère de la Communication et de la RTG révèlent :

 

Citation : 《 S’il existe un établissement public auquel la Cour des Comptes doit vraiment s’intéresser à cause de son inquiétante gestion financière, c’est bien la RTG Koloma. L’institution est en passe de devenir une régie financière sur le dos de laquelle se sucre le Directeur général. 

 

Saviez-vous que la RTG fait au moins deux fois plus de rentrée financière que n’importe quelle banale direction générale? Démontrons. 

 

Des spots et publi-infos: chaque jour, aux environs de 19h jusqu’aux alentours du grand journal télévisé du soir, une longue place publicitaire composée de spot MD est diffusée. Cet exercice dure en moyenne 1 heure de temps. 

 

Puis 30 autres minutes sont consacrées à d’autres spots après le journal. Or suivrait la grille tarifaire de la boîte, un seul spot d’1 minute est facturée à 600 000 GNF. Ce qui nous amène à 54 000 000 GNF par jour. 

Par ailleurs d’autres spots sont diffusés dans la journée, mais d’une durée moins importante. La nuit étant le moment le plus prisé à cause de l’emplacement de la grande édition du soir. 

 

De la commercialisation du Journal télévisé 

 

La RTG est censée être un médium de services publics. Les reportages du journal télévisé et radio ne doivent pas être soumis à des factures, tant qu’ils sont traités avec professionnalisme. 

A LIRE >>  Je mesure davantage le degré de cynisme et d'irresponsabilité de ceux qui gouvernent la Guinée. 

 

Mais tel n’est pas le cas. Sur le conducteur d’alignement certains éléments sont directement accompagnés du sigle F (pour dire que le sujet est facturé). 

 

En moyenne, trois éléments payés sont diffusés par jour, moyennant 3 000 000 GNF par reportage. L’information est donc vendue. Ou plutôt, des citoyens sont obligés de payer pour indiquer que la Guinée fait progrès dans le domaine de l’énergie ou de l’agriculture. 

 

Tenez, à titre d’exemple, une pauvre citoyenne qui voudrait communiquer sur son projet de saponification afin de partager son expérience, est obligée de débourser plusieurs millions. Rien que dans le mois, le journal télé peut générer au moins 252 millions. 

 

D’autres sources de revenus?

 

Les sociétés de jeux et d’autres établissements font faire des diffusions suivant un système de partenariat. Ils payent plus cher, mais nul outre que le directeur général ne connaît le contenu de ces contrats. C’est le flou total. 

 

Une gestion unilatérale et des détournements à ciel ouvert. 

 

A la RTG, un seul individu a accès aux comptes: le directeur général. Outre le coffre fort installé dans son bureau depuis son arrivée en juillet 2017, Sekouba Savané est le seul à disposer des finances de la RTG à sa guise. Sur près de 4 ans de gestion sans partage, il a surfé tout seul sur plus de 89 856 000 000 GNF. Le prototype du Cadre trainant un détournement progressif et silencieux de deniers publics. 

 

Ce, sans compter les contrats avec les sociétés de jeux (Guinée Games et PMU) ou encore avec les sociétés minières qui sont surtaxées, comme la CBG et toutes les autres. D’autres directions étatiques également sont facturées. 

A LIRE >>  Dalein sur la mort d'Idriss Déby : « Je ne vois pas l’opportunité d’imposer un deuil national à notre pays »

 

Il y a aussi la radio qui fait des rentrées d’argent directement remises au Directeur Savané. Les contractuels ainsi que les quotas de paiement des primes aux travailleurs, rien n’est respecté ni exécuté. L’argent se gère à son seul niveau. 

 

Pendant ce temps la maison se meurt. Entre détournements et harcèlements ethniques dont sont victimes certaines travailleurs, l’institution tombe en ruines. L’argent aurait dû servir à l’achat de fournitures et logistiques (caméras, véhicules de reportage, carburant, …) mais rien n’y fait. Le parc automobile qui existait, l’ascenseur, tout est à l’arrêt. 

 

De son côté, le directeur Savané dit à qui veut l’entendre qu’il est intouchable à son poste, parce qu’il est soutenu par le Président de la République et le Ministre d’état de l’industrie et des petites et moyennes industries Tibou Kamara: « je suis à mon poste grâce au service que j’ai rendu au président pendant ses années d’opposition, mais aussi grâce à mon ami Tibou », dit-il à qui veut l’entendre. Même son récent démêlé avec la première dame de la République dont il maltraite les reportages aurait prouvé qu’il est « tout puissant ».

 

Rassemblés par Mandian SIDIBE 

Journaliste exilé à Paris

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.