Le Président du Soudan du Sud
Le Président du Soudan du Sud
Temps de lecture : 2 minutes

Le Soudan du Sud envisage de contracter un prêt de 1,9 milliard de dollars, soit un montant équivalent à plus de 20% de son PIB auprès de la Chine pour financer des projets d’infrastructures, a annoncé le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères, Deng Alor, le 9 août. « Nous présentons souvent une liste comprenant nos besoins en financement au gouvernement chinois. Ces financements nous sont accordés sous forme de dons pour les montants inférieurs à 40 millions de dollars et de prêts concessionnels pour les montants dépassant 50 millions. Actuellement, nous sollicitons un prêt de 1,9 milliard de dollars », a précisé M. Alor lors d’une conférence de presse.

«Nous allons utiliser ces fonds pour financer des projets d’infrastructures tels que des routes et des ponts», a-t-il ajouté.

Le Soudan du Sud, dont le PIB a été estimé par la Banque mondiale à 9,015 milliards de dollars en 2015, est en pleine récession économique en raison notamment de plus de deux ans de guerre civile et de la chute des cours du pétrole sur le marché international.

Depuis décembre 2013, la vie de ce plus jeune État du monde est quotidiennement endeuillée par un violent conflit interne, alimenté par la rivalité entre Salva Kiir (photo), issue de l’ethnie majoritaire des Dinkas, et Riek Machar, de l’ethnie des Nuers.

Cette féroce guerre civile a déjà fait, en deux ans et demi, plusieurs dizaines de milliers de morts et provoqué une grave crise humanitaire, forçant près de trois millions d’habitants à fuir leurs foyers et quelque cinq millions d’autres à dépendre de l’aide alimentaire d’urgence.

A LIRE >>  INTÉGRALITÉ DU DISCOURS D'OUVERTURE DU FORUM ECONOMIQUE GUINÉE TURQUIE PRONONCE PAR DR IBRAHIMA KASSORY FOFANA A ISTANBUL

Un accord de paix a été signé entre Salva Kiir et Riek Machar, en août 2015. Mais des combats soudains qui ont repris le 8 juillet dernier ont rallumé la mèche entre les deux camps. Ces nouvelles ont fait au moins 272 morts et poussé 60 000 personnes à fuir le pays.

(Agence Ecofin)

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.