Alpha Condé s’est mis à dos la jeunesse en arrêtant Takana Zion

0 12
Rate this post

La Présidence guinéenne vient de réagir sur l’arrestation de l’artiste Takana Zion. Le Ministre d’Etat conseiller spécial du Président de la République, Tibou Kamara a indiqué que l’arrestation de la star du raggae n’est point une volonté du pouvoir de Conakry de restreindre les libertés des citoyens.

« La constitution qui nous accorde le droit de manifester prévoit aussi les conditions dans lesquelles ça doit se faire. Même l’opposition, lorsqu’elle veut manifester en informe les autorités qui à leur tour prennent les dispositions nécessaires pour que le droit de manifester ne gène pas la liberté d’autrui, surtout ne trouble pas à l’ordre public comme cela arrive très souvent.

C’est cette responsabilité partagée de chacun face à la République qui permet par exemple à l’opposition de manifester sans le moindre incident, sans la moindre violence.

C’est un exemple, que l’opposition ait pu manifester à Kaloum, à Matoto, Ratoma, des localités réputées être sensibles, sans qu’à aucun moment on ait déploré le moindre incident, sans qu’on enregistre des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre comme par le passé », a rappelé le Ministre d’Etat Tibou Kamara dans un entretien exclusif accordé à notre rédaction.

Mouctar Soumah alias Takana Zion a été arrêté ce mardi 25 juillet 2017 alors qu’il organisait avec plusieurs de ses amis une manifestation qui visait à dénoncer certaines tares du pouvoir d’Alpha Condé.

Pour le Ministre d’Etat Tibou Kamara, l’artiste Takana Zion n’a pas respecté la procédure liée à l’organisation de ladite manifestation.

« L’exercice des libertés doit s’accompagner d’un minimum de responsabilité qui permet de préserver en même temps les droits, mais aussi l’autorité de l’Etat. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui le pays se porte mieux. Takana Zion n’a pas respecté la procédure pour l’organisation d’une manifestation. Ce n’est pas le droit de manifester qui lui est contesté parce que tous les citoyens ont ce droit, mais c’est sa manière de faire qui a conduit à son interpellation ; Une démocratie comme la France, qui est une grande et vieille démocratie, lorsqu’une manifestation n’est pas autorisée la police disperse les manifestants, et interpelle même les organisateurs. Cela n’est pas anti démocratique, ce n’est pas une restriction des libertés. C’est la règle d’un Etat de droit », a estimé le Conseiller personnel du Chef de l’Etat guinéen.

A LIRE >>  Zone maritime: au Golfe de Guinée, les attaques maritimes sont plus violentes et nombreuses qu’en Somalie

Tibou Kamara rappelle qu’aucun citoyen ne doit se donner la prétention de vouloir défier l’Etat.

 

SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


Leave A Reply

Your email address will not be published.