A LA UNEPolitique

Dans sa cellule au Camp Boiro, Diallo Telli rédigea sa dernière lettre adressée au sanguinaire Sékou Touré :

Dans sa cellule au Camp Boiro, Diallo Telli rédigea sa dernière lettre adressée au sanguinaire Sékou Touré :
《 Boiro, le 24 décembre 1976, au Président Ahmed Sékou Touré ! Cher Président, En recevant ta lettre datée du 23 mois courant, j’ai voulu y répondre par une longue et profonde lettre. Mais le nouvel environnement qui m’a été créé m’en a empêché.

Toutefois, tu voudras bien m’entendre sur deux points: Un éventuel soulèvement populaire et mes nouvelles préoccupations.
Concernant le premier point, l’histoire nous a montré que tous les régimes dont l’assise repose sur le mensonge et la force périssent par la force. Ce soulèvement populaire qui te hante, je ne l’ai jamais souhaité pour mon pays, mais il est inévitable. Il a été obtenu de moi une déposition dans laquelle je devrais être Président de la République de Guinée à la suite d’un coup de force. Très sincèrement entre nous soyons sérieux. Tu sais que j’ignore tout de ce scénario. Puisque je l’ignore, comment veux-tu que j’entraîne des personnes dans ma soi-disant trahison dont je nie l’existence tant au fond qu’à la forme.

Toi et moi, nous sommes d’accord sur un point : Il y’a eu trahison. Mais c’est moi la victime. Car, selon moi, si j’ai trahi la Guinée et l’Afrique au profit du PDG (Parti Démocratique de Guinée), ce dernier m’a trahi. Aujourd’hui effectivement, je me reproche d’avoir livré de nombreuses populations à une vaste campagne de haine. Mais Dieu est grand. Les populations soussous pour lesquelles j’ai une grande estime et admiration sauront rester plus grandes que toi et moi. Cher Président, Pour aborder le deuxième volet de ma lettre, tous ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas naïf. Depuis que je suis dans la cellule 54 au camp Boiro, mon seul souci est de savoir comment trouver la voie vers mon Créateur. Pour cela, je m’emploie à le prier pour implorer son pardon. Je sais que j’ai été en partie victime de mon éducation et peut-être de ma religion. Car, dans une famille où il n’existe pas de morale sociale celui qui en a une est naturellement désigné comme victime. Mon unique sauveur est Dieu. Il est trop tard pour Lui demander de me sortir de Boiro. En dernière analyse, j’ai une grande part de responsabilité dans cette fin qui me guète. Je le prie tous les jours pour mon sang et mon innocence servent à bâtir une Guinée libre. Pour ce qui est de ma famille, je ne peux lui être d’aucune utilité aujourd’hui. Je n’ai jamais pu penser au respect, à l’amour, à l’estime et à la confiance que le beau peuple qui l’a engendrée m’a témoignés sans me reprocher tous les torts que lui ai causés.

A LIRE >>  Non !, monsieur le ministre, ni le CNRD à qui vous voulez faire plaisir par un excès démesuré de zèle, ni le climat social, ni nos apprenants n'avaient absolument pas besoin de ça.

Malgré ton engagement par écrit de faire passer mon authentique déclaration à la radio, je doute que tu le fasses. Et pourtant elle revêt pour moi une grande importance, car à défaut d’un testament proprement dit, elle me permet de communier avec tous ceux qui m’accordent ce crédit moral que tu voudrais effacer. Tout en insistant avec force sur mon incapacité à être à la hauteur de ce qu’ils attendaient de moi, je voudrais leur dire que les guerres ont toujours imposé des sacrifices, et que la perte d’un soldat ne doit pas signifier l’abandon de la guerre. Je dois leur apprendre que ressemble à un de ces généraux dont la valeur réelle ne dépasse pas celle d’un soldat moyen. Je sais qu’ils se sont toujours montrés généreux avec moi, aussi face à ma ma triste fin je prie et leur reste reconnaissant. Je sais qu’au bout du chemin ils me trouveront au sein de leurs rangs, à la place du soldat moyen que j’ai été ne leur a donné ni ombrage, ni fruits.

Qu’il soit abattu et donne du bois à leurs foyers. Un grand contemporain nous a appris que lorsque tout un peuple boit la même eau, écoute la même musique, lit le même journal, porte la même tenue, etc. Il est difficile aux individus qui le composent d’affirmer une personnalité. Je n’ai pas fait dérogation à cette règle. Mais j’ai la ferme conviction que cette personnalité existe et qu’elle émergera d’un des quatre coins de notre merveilleux pays et qu’elle donnera la parole à ses fils, afin qu’ils exposent à l’appréciation de la partie l’apport de chacun de nous. Parce que j’ai trahi la Guinée et l’Afrique au service du PDG, rien n’empêchera le poids de la patrie d’écraser mon corps afin d’en extraire le sang et l’âme que je suis indigne de porter. Le fils hors mariage que j’ai été pour la Guinée et l’Afrique ne mérite pas les honneurs de la patrie. Je demande tous les hommes et toutes les femmes de fouiller au plus profond de leur générosité afin d’implorer pour moi le pardon d’Allah. Merci à Allah qui m’a créé. Merci à la Guinée, à l’Afrique et aux hommes du reste du monde qui, malgré mes minces qualités d’hommes, ont voulu me faire naître, m’élever, m’aimer, et respecter en moi la créature d’Allah le tout Puissant. Je souhaite qu’après moi en Guinée, en Afrique ou en importe quel lieu du monde des enfants, des vieillards, des femmes ne paient plus de leur vie l’irresponsabilité d’hommes qui, au lieu de créer et d’entretenir la liberté, la torpillent. Vive la justice et la liberté ! 》
(Source : un rescapé du camp Boiro)

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.