Le dirigisme servile de notre élite Sommes-nous vraiment indépendants ?

Le dirigisme servile de notre élite Sommes-nous vraiment indépendants ?

L’africain peut-il se targuer une quelconque fierté dans un contexte de domination super structurelle, infrastructurelle et spirituelle ?
Peuple soumis par nature ou dépendant par opportunisme ?
Notre plus grand complexe d’infériorité réside dans notre faible capacité de surmonter notre ignorance, notre volonté de s’assumer et notre manque d’ambitions et de visions.
En 1982, René Dumont publiait dans un ouvrage intitulé « l’Afrique noire est mal partie », qui a fouetté notre orgueil souverainiste et panafricaniste d’une cochonnerie contenue dans un sermon qui ne visait qu’un continent sujet à débat et à polémique au lendemain d’une indépendance recouvrée à tout prix et par endroit dans le sang.

Et pourtant, le verdict littéraire qu’il a rendu sur nos jeunes États, reposait sur des éléments concrets avec des pièces à conviction. Un peuplement démesuré, une agriculture incontrôlée, une gouvernance à la gueule cassée et qui n’augurait aucune perspective de commodités allant vers l’autonomisation d’un continent martyrisé par la domination de plus de 60 ans.
L’espoir qu’avait suscité les indépendances, s’est dégonflé comme un ballon d’air. Notre indépendance a servi plutôt au prolongement d’une domination avec des nouveaux représentants du colon, chassé ou mis dehors, alors que le service après-vente était plus important que la vente elle-même.

Notre indépendance à tout prix, quelle que soient les conditions, l’après, intéressait moins ou pas de tout. Nous l’avons obtenue, mais elle sert à quoi au juste ?
Faut-il faire l’autopsie d’une décolonisation souple échouée ou le dirigisme moins fécond d’une classe obsolète qui rime avec médiocrité et soumission étrangère ?

60 ans après la vague d’indépendance sur le continent, force est de constater qu’il y’a plus de regrets que de fierté.
Il suffit d’y voir de près, pour mesurer la profondeur de la tristesse d’une Afrique sans orgueil et sans honneur.
On a hérité d’un système éducatif jusqu’à présent colonisé, d’une économie de rentes avec un faible degré de productions et d’une agriculture sauvage au rendement minime.

Le paysan de 1960 à celui de 2020, la différence n’existerait que dans les moyens de production et non le rendement, et ce, malgré, l’évolution des outils de production en faveur de l’homme du siècle actuel.
Notre école coloniale reste avec le même contenu. Aucun métier professionnalisant enseigné. Alors que notre salut ne viendra pas de cet enseignement général.

Les legs du colon blanc restent encore béants. Certes, mais le Satan qui est venu à sa place a davantage contribué à approfondir la plaie. Face à la volonté rapace des vautours dirigeants qui consument une Afrique cicatrisée, méprisée, horrifiée et déstructurée par son histoire et son présent.

Le dirigisme servile est le plus grand obstacle pour l’émergence de notre Afrique.
Le jour où, la classe élitiste du continent décolonisera sa mentalité, le point de départ de décollage sera amorti.
Dirigeants serviles décolonisez vos mentalités pour que l’Afrique se libère !

La misère qui frappe le continent est loin d’une fatalité, on peut bel et bien s’en débarrasser, si vous aviez la volonté.
Ce n’est pas une mission impossible, c’est bien possible !

Mettez-vous en confiance, comme l’a dit l’adage : Aide-toi, le ciel t’aidera !

Par Habib Marouane Camara, Journaliste-Chroniqueur

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

FNDC

Interdiction de la manif du 29 septembre : le FNDC maintient sa marche sous la forme de résistance (communiqué) !

Interdiction de la manif du 29 septembre : le FNDC maintient sa marche sous la …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !