A LA UNEEDITOPolitique

Guinée : Quand les Gardiens de la Liberté Deviennent les Architectes de la Censure

La Haute Trahison de la Haute Autorité : La Guinée Glisse dans le Silence Forcé

La Haute Trahison de la Haute Autorité : La Guinée Glisse dans le Silence Forcé

Quand les Gardiens de la Liberté Deviennent les Architectes de la Censure

La récente missive émise par la Haute Autorité de la Communication de la République de Guinée a déclenché des ondes de choc bien au-delà des frontières de la salle de rédaction. Le document, signé de la main de son président, Boubacar Yacine Diallo, ordonne le retrait de Djoma Radio et TV du bouquet Canal+, citant des motifs nébuleux de « sécurité Nationale ». Cette manœuvre est la quintessence même de la censure, un acte qui s’inscrit dans une série de mesures répressives orchestrées par la junte militaire au pouvoir, et maintenant ratifiées par ceux censés protéger la liberté de la presse.

Ce courrier n’est pas qu’un simple papier à en-tête officiel; il est une épitaphe pour la liberté d’expression en Guinée. En quelques lignes, la Haute Autorité, jadis phare de l’indépendance médiatique, a non seulement trahi sa mission fondatrice mais aussi la confiance d’une génération entière. Les jeunes journalistes jeu guinéen, autrefois inspirée par l’engagement apparent du président de cette institution envers les principes démocratiques, se trouve aujourd’hui face à un titan aux pieds d’argile, un défenseur de la liberté devenu son fossoyeur.

Ce revirement n’est pas seulement décevant, il est tragique. La Guinée, autrefois terre de promesses démocratiques, semble sombrer dans les abysses d’une époque révolue, où la voix du peuple est étouffée sous le poids des bottes militaires. L’acte de censure révélé par cette correspondance officielle est un scandale, une régression qui ne doit pas rester inexprimée.

A LIRE >>  BIOGRAPHIE DU REGRETTÉ MORY DJELI DEEN KOUYATÉ, L'ARTISTE AUX PECTORAUX D'ACIER !

Mais alors que la Guinée s’enfonce dans ce « bourbier », la question demeure : qui viendra à son secours ? La réponse ne réside pas dans l’attente passive d’un sauveur, mais dans l’insurrection des consciences, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du pays. C’est un appel à l’action pour la communauté internationale, pour les défenseurs de la liberté partout dans le monde, pour que résonne la clameur contre cette attaque à la démocratie. La Guinée a besoin de voix qui s’élèvent, d’esprits qui s’indignent, et de mains qui se tendent pour la tirer de ce marasme orchestré par ceux qui ont oublié leur devoir envers leur propre peuple.

La voie vers la libération des médias guinéens et la restauration de la liberté de la presse est pavée de résistance et de solidarité. Le monde doit écouter, réagir, et agir avant que le silence ne devienne le seul écho dans les rues de Conakry.

Dramé Ibrahima pour Conakrylemag.com

PAR CONAKRYLEMAG.COM

— conakrylemag

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.