A LA UNEPolitique

Interdiction et Répression: La Nouvelle Arme du Pouvoir Contre le Peuple?

Interdiction et Répression: La Nouvelle Arme du Pouvoir Contre le Peuple?

Dans un communiqué qui frappe l’esprit comme le coup de sifflet d’un arbitre trop zélé, le Contrôle Général de Police de Conakry a lancé une offensive contre les « indélicats » pompistes et les citoyens qui défient l’interdiction de servir carburants dans des bidons. Mais derrière cette posture d’autorité, ne se cache-t-il pas une menace plus sinistre pour la liberté et la sécurité des citoyens?

L’annonce, datée du 27 décembre 2023, survient dans un contexte de mesures restrictives, où les pouvoirs publics semblent prendre un malin plaisir à serrer la vis. La décision, visant à interdire le remplissage de bidons aux pompes dès le 22 décembre, a été bafouée, selon les mots du communiqué, par une population récalcitrante. En réponse, la haute autorité policière enjoint ses subordonnés à une rigueur sans faille dans l’exécution de cette directive.

Or, quelle est cette rigueur, si ce n’est le bras armé d’un régime qui semble de plus en plus considérer la coercition comme un premier recours ? Pour enrichir cette perspective, un coup d’œil sur les tendances mondiales en matière de gouvernance nous montre que, trop souvent, de telles directives ne sont qu’un prélude à des abus plus graves. La Banque Mondiale et diverses organisations de défense des droits humains sonnent l’alarme sur les dangers d’un état policier où les interdictions de commodités de base se transforment en outils de suppression des dissentions.

Mais pourquoi une telle mesure ? S’agit-il réellement d’une question de sécurité ou d’une tentative mal dissimulée de renforcer un contrôle social qui dépasse les enjeux de la simple distribution d’essence ? En effet, la mesure peut être vue comme symptomatique d’une approche gouvernementale où la restriction devient une fin en soi, une manière de tester les limites de la docilité publique.

A LIRE >>  Guinée : Tentative de médiation avant la grève, le CNDS convoque les syndicats

La question qui se pose alors est la suivante : les autorités ont-elles envisagé l’impact d’une telle interdiction sur la vie quotidienne des citoyens ? Ont-elles anticipé les conséquences pour les petites entreprises et les travailleurs dont la survie dépend de la flexibilité dans l’approvisionnement en carburant ? Les moteurs de recherche regorgent de témoignages et d’analyses soulignant l’impact économique d’une telle décision – un sujet étrangement absent du discours officiel.

Il faut également interroger le mandat donné aux forces de l’ordre. Est-ce la promesse d’un zèle qui pourrait déraper en violations des droits les plus fondamentaux ? Les précédents historiques, documentés par des instances comme Amnesty International, nous rappellent que les directives ambiguës et les appels à la sévérité peuvent ouvrir la porte à des dérapages tragiques.

Dans un style journalistique qui se veut l’antithèse de la langue de bois, cet article pose des questions inconfortables : quelle est la finalité ultime de cette interdiction ? Est-ce la sécurité ou le contrôle ? Et à quel prix pour les libertés individuelles ?

Dans l’arène numérique, où le SEO est roi, des mots-clés tels que « interdiction », « répression », « liberté civile », et « abus de pouvoir » vont probablement propulser cet article dans les sommets des résultats de recherche. Mais au-delà du référencement, c’est le contenu de cette politique et ses implications qui doivent capturer l’attention et la réflexion des lecteurs.

L’ironie de la situation est palpable : dans un pays où l’accès à l’énergie est un défi quotidien, limiter encore plus ce précieux carburant semble être un coup porté non pas seulement contre les contrevenants mais contre la population dans son ensemble. Cet article, loin d’être une apologie de la désobéissance civile, est un appel à la réflexion critique sur la voie que nous empruntons, sur les droits que nous sommes prêts à défendre et sur les combats que nous devons mener.

A LIRE >>  Guinée: Nouvelle Constitution, Soutien US Confirmé

Dans cet esprit de vigilance, il est impératif de demeurer attentifs aux développements futurs et de demander des comptes, non seulement aux autorités mais aussi à nous-mêmes en tant que société. L’histoire nous enseigne que les libertés se perdent par pouces, souvent sous le couvert de la sécurité et de l’ordre public. Alors, restons éveillés, car le prix de la liberté est éternel.

Par Ibrahima Dramé pour conakrylemag.com

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.