A LA UNENouvelle des RégionsPolitique

La Femme du Premier Ministre en Campagne ou en Opération de Charme à N’Zérékoré ?

La Diplomatie du Don en Guinée : Une Manœuvre Politique Habile ou un Symbole de Détournement de Fonds?

N’Zérékoré, Guinée– Dans un geste ostentatoire de générosité, Madame Christelle Maniamey Doré, épouse du Premier ministre du gouvernement de transition de la Guinée, a récemment fait un don substantiel de 230 millions GNF à la communauté catholique de N’Zérékoré. Ce don, présenté comme un geste de bienveillance de la part du colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition, soulève des questions cruciales sur les véritables intentions du régime et l’utilisation des fonds publics.

Alors que le pays traverse une période de transition politique complexe, ce don pourrait être interprété comme une tentative de gagner le soutien populaire par des moyens financiers. Cependant, pour un œil critique, cela ressemble davantage à une stratégie de distraction, déplaçant l’attention du public des problèmes urgents de gouvernance et de développement économique.

L’utilisation de fonds publics pour des dons à des groupes spécifiques, surtout dans un pays où de nombreux citoyens luttent contre la pauvreté et l’insuffisance des services publics, est particulièrement troublante. Cela soulève des questions sur la transparence et l’intégrité de l’administration actuelle. Est-ce que ces fonds auraient pu être mieux utilisés pour des programmes de développement ou pour améliorer les infrastructures essentielles?

De plus, l’implication des leaders religieux dans la politique peut être perçue comme un double tranchant. Bien que le soutien de ces leaders puisse apporter une certaine légitimité au régime, il est également susceptible d’entraîner des divisions au sein de la société, surtout si d’autres communautés se sentent exclues ou marginalisées par de telles actions.

A LIRE >>  Entre Procédure Judiciaire et Droits de la Défense: Le Cas Sékou Jamal Pendessa Met en Lumière les Défis de la Justice Guinéenne

Madame Doré a également fait appel à la population pour ignorer les rumeurs et travailler à la réconciliation, en désarmant les cœurs. Cependant, ces paroles semblent superficielles face aux défis concrets que rencontre le pays. La réconciliation ne se limite pas à des discours ou à des dons monétaires, mais nécessite des actions concrètes, une réforme politique transparente et inclusive, et une véritable justice sociale.

En fin de compte, ce don et le message qui l’accompagne semblent plus être un calcul politique qu’un véritable effort pour adresser les problèmes fondamentaux de la Guinée. La transition vers une gouvernance démocratique et efficace nécessite plus que des gestes symboliques ; elle exige une réelle volonté de changement, de transparence et d’équité, des qualités qui semblent manquer au régime actuelle.

Oumar Sylla pour Conakrylemag.com

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.