votre espace publicite 2018

Libéria-Ebola : Après le traumatisme une joie mesurée

Libéria-Ebola : Après le traumatisme une joie mesurée
VOTRE NOTE

L’annonce de la fin définitive de la fièvre à virus Ebola au Libéria devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies reste incontestablement un motif de grande satisfaction pour une population qui a lourdement payé les frais.

La victoire du Libéria sur la terrible maladie qui a frappé à la fois la Guinée et la Sierra-Léone est incontestablement en premier lieu celle du gouvernement. Mais elle est aussi celle du peuple libérien qui a pu vaincre les réticences liés aux traditions ancestrales et aux rites religieuses.

Les sacrifices consentis ont été très payants et ont permis à ce pays d’arriver à bout  d’Ebola avant ses voisins de Guinée et de Sierra-Léone. Le Libéria a démontré à la face du monde à quel point la bonne organisation et la discipline sont indispensables pour l’atteinte des objectifs communs d’une communauté, d’un peuple.

Désormais, il est fondamentalement important pour les libériens d’être vigilants et respectueux des principes d’hygiène et de responsabilité pour faire face au développement. La stratégie libérienne devrait être celle de la Guinée et de la sierra-Léone où les réticences sont encore très présentes et où la maladie persiste.

Pourtant, sans la fin de l’épidémie dans ces deux autres pays, le Libéria ne peut se considérer comme définitivement sauvé. Pour le cas précis de la Guinée, les élections annoncées ouvrent la voie à la campagne électorale dès maintenant et risque de compliquer le travail des hommes de santé.

C’est dire qu’il est urgent et même très urgent pour la Guinée de bouter la maladie avant que l’éphorie de la présidentielle ne remette en cause les gigantesques progrès obtenus dans le domaine de la lutte anti-Ebola. Car, pendant la campagne ce sont des centaines voir des milliers de personnes qui peuvent être en contact et donc où la contagion est très facile et redoutable.

A LIRE >>  Faire des élections à date est source de stabilité qui est gage du développement

En tout cas, le Libéria a montré de façon remarquable que l’épidémie n’est pas invincible. Pourvu qu’il y ait une volonté politique et une organisation efficace et efficiente. Aujourd’hui, la question n’est pas de savoir qui de la Guinée et de la Sierra-Léone emboitera le pas le premier, au Libéria. C’est plutôt de voir au plus vite la fin de l’épidémie dans ces deux autres pays pour une sécurité pérenne dans l’espace de la Mano River Union.

Elhadj Abdoulaye Diallo pour Aminata.com




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.