A LA UNEPolitique

Suspension de médias en cascade par la junte militaire en Guinée

Trois chaînes de télévision ont été retirées des bouquets de Canal+ et de StarTimes pour des raisons de “sécurité nationale” sans notification et dans l’incompréhension générale. Dans un contexte où depuis des semaines l’accès aux réseaux sociaux et à plusieurs radios indépendantes est suspendu, Reporters sans frontières (RSF) demande instamment aux autorités guinéennes de mettre un terme à ces censures.

Suspension de médias en cascade en Guinée. Pour les abonnés de Canal+ dans le pays, c’est l’écran noir sur les chaînes Djoma, Evasion et Espace. Le 6 décembre, la Haute Autorité de la communication (HAC), l’autorité régulant le secteur des médias, a demandé au directeur général de Canal+ de retirer la chaîne d’information et de divertissement privée Djoma (TV et Radio) de son bouquet pour des raisons de “sécurité nationale” et “jusqu’à nouvel ordre”.

Trois jours plus tard, les mêmes raisons ont été invoquées pour demander le retrait des chaînes privées Évasion (TV et FM) et Espace (TV et FM). Ces chaînes, suivies dans le pays, ont également été retirées de la plateforme de services de télévision payante StarTimes depuis le 12 décembre, pour les mêmes motifs, sans détails. Son directeur général n’a pas souhaité répondre aux questions de RSF avant d’avoir reçu, selon ses dires, un “ordre officiel”.

Outre ces chaînes de télévision, les radios FIM FM, Djoma FM, Espace FM et Évasion sont également inaccessibles dans le pays depuis deux semaines, leurs signaux étant brouillés sans explication. Les réseaux sociaux tels que WhatsApp, Facebook, Instagram et TikTok sont, quant à eux, toujours indisponibles sans VPN.

Contacté par RSF, le directeur général du groupe Djoma Média, Kalil Oularé, s’est dit “très surpris”. “Nous n’avons pas reçu de convocation préalable : il s’agit d’une mesure que la HAC n’a normalement pas autorité à prendre de cette manière.” Elle est tenue de justifier sa décision en notifiant toute décision de ce type. Selon Kalil Oularé, l’instruction donnée par la HAC provient des autorités gouvernementales.

A LIRE >>  Sursis Inattendu dans l'Arène Politique Sénégalaise : Vers un Avenir Démocratique Incertain

En guise de réaction, le porte-parole du gouvernement, également ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, Ousmane Gaoual Diallo, a d’abord, lors d’une conférence de presse donnée fin novembre, nié la responsabilité des autorités, annonçant “attendre d’être saisi officiellement pour réagir”. Sur X (ex-Twitter), le 9 décembre, il a cette fois argué que “les mesures prises par les autorités ne visent en aucun cas à museler la presse”, qu’il s’agit d’“une réponse immédiate face à des pratiques telles que l’apologie de la haine communautaire, l’accentuation des tensions sociales et politiques […]”. Or, aucun contenu spécifique n’a été mis en cause, et ce sont des médias en intégralité qui sont sanctionnés. Le porte-parole, tout comme le président de la HAC, n’ont pas répondu aux appels de RSF.

L’ampleur que prennent les atteintes à la liberté de la presse en Guinée est considérable. L’accès à des chaînes de télévision et des radios est suspendu du jour au lendemain, privant les citoyens de leur droit à l’information. Le manque de transparence de ces décisions sous prétexte de “sécurité nationale” est alarmant, discréditant par ailleurs l’indépendance supposée de l’organe de régulation. Nous exigeons des réponses claires de la part des autorités et qu’elles mettent tout en œuvre pour rétablir l’accès aux médias censurés et aux réseaux sociaux. Sadibou Marong, Directeur du bureau Afrique subsaharienne de RSF

Différents moyens de censure

Un climat de répression des médias d’information indépendants s’installe depuis plusieurs semaines. Le 11 décembre, l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT), autorité administrative régulant les télécommunications, a notifié à la radio Ndimba, dont le ton est critique, le retrait de ses fréquences sous trois mois pour non-paiement de ses redevances annuelles. Le directeur de la radio, Ibrahima Sory Traoré, contacté par RSF, affirme les avoir déjà payées, reçus à l’appui. Il estime que le but est de faire taire sa radio, dont les programmes incluent une matinale à laquelle les auditeurs peuvent participer, et un édito “très libre”.

A LIRE >>  Scandale Académique à Sonfonia: Plus de 6000 Diplômes Invalidés dans une Révélation Édifiante

Parallèlement, les locaux de Djoma Média n’ont plus accès à Internet. Selon Kalil Oularé, lorsqu’’il a souhaité régler le problème, l’équipe technique lui a signifié que “l’ARPT a[vait] interdit à tous les fournisseurs d’installer internet à Djoma”. “Tout est en règle chez nous, donc on trouve des stratagèmes d’un autre temps pour nous réduire au silence”, déplore-t-il.

La réaction des organisations de presse

“La situation est inquiétante. Les autorités guinéennes outrepassent toutes les règles dans leurs agissements contre les médias”, s’alarme le secrétaire général du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée (SPPG), Sékou Jamal Pendessa. Pour protester contre ce climat liberticide, le syndicat a organisé une journée sans presse le 11 décembre. Le 6 décembre, les associations de presse avaient par ailleurs déclaré « ennemies de la presse » cinq personnalités, dont le Premier ministre, Bernard Goumou, et le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo.

Alors que la junte s’était engagée à respecter la liberté de la presse auprès de RSF après son arrivée au pouvoir en octobre 2021, la situation des médias se dégrade en Guinée. Depuis le mois de mai, les atteintes se multiplient : réseaux sociaux et radios privées coupés, sites d’information interrompus ou suspendus durant plusieurs mois sans explication, journalistes agressés sur le terrain, arrêtés… Les autorités, régulièrement critiquées, ne donnent aucun élément de réponse quant aux récentes censures. Les médias concernés ont tous en commun de suivre une ligne éditoriale libre et critique.

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.