Politique

10 ans des massacres 28 septembre 2009 : Le PM Kassory Fofana engage le gouvernement guinéen (discours)

Dix ans après les exactions commises sur des manifestants pacifiquement réunis au stade de Conakry, le lundi 28 septembre 2009, pour défendre des droits légitimes et constitutionnellement garantis, je tiens à traduire, en ce jour dixième anniversaire des meurtres de masse, au nom de Monsieur le Président de la République, toute la compassion et les condoléances renouvelées de la Nation pour les victimes de ces tragiques évènements.

Pour celles et ceux de nos compatriotes qui ont vécu dans leur chair, les viols, les outrages, les sévices, les coups et blessures ou les disparitions de proches du fait notamment de ces violences qui ont endeuillé la Guinée et consterné le monde entier, je veux les rassurer de notre détermination à œuvrer pour la manifestation de la vérité et pour la lutte contre l’impunité.

Tous les présumés auteurs desdites exactions, quels que soient leur appartenance politique, leur titre, leur rang ou leur grade, devront répondre de leurs actes devant la justice de notre pays.

D’ores et déjà, Je puis vous dire, non sans une certaine satisfaction, que l’instruction judiciaire étant close depuis l’an 2017, les dispositions matérielles ainsi que le renforcement des capacités psychotechniques du personnel judiciaire dans son ensemble sont en voie d’être mises en œuvre et font l’objet d’un suivi avec constance et rigueur par le Gouvernement.

C’est le lieu pour moi de remercier chaleureusement les partenaires techniques et financiers qui nous ont accompagnés dans la préparation du procès et plus particulièrement ceux qui siègent avec nous au sein du Comité de Pilotage dudit procès.

A LIRE >>  C'est quoi une "démocratie médiatique" ?

Je formule le souhait ardent de voir cet appui se poursuivre et même s’amplifier pour nous permettre de conduire ce procès à son terme.

Monsieur le Président de la République a instruit mon Gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires aux fins d’appuyer le Garde des Sceaux et le comité de pilotage pour la tenue de ce procès.

Certes, les enquêtes judiciaires ont pris du temps dans un contexte, comme vous le savez, marqué par la réforme de l’institution judiciaire de notre pays, eu égard à l’état de délabrement dans lequel le système judiciaire a fonctionné depuis l’accession de la Guinée à l’indépendance.

En outre, la gravité exceptionnelle des crimes perpétrés, la nature et l’ampleur du nombre de victimes et de témoins, de même que le statut et les rôles des personnes inculpées et la complexité du dossier pénal ont poussé le pool des magistrats instructeurs à travailler avec prudence et patience. Les difficultés humaines et matérielles rencontrées sont tout aussi considérables.

La saisine de la Cour Suprême dans le cadre d’un pourvoi en cassation introduit aux fins de requalifier les crimes de droit commun, retenus dans l’ordonnance de renvoi, en crimes contre l’Humanité a duré trois ans.

Il nous appartient désormais, de créer les conditions matérielles, logistiques, techniques et sécuritaires pour la tenue effective de ce procès dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry, cadre naturel indiqué pour l’organisation d’un procès de cette envergure.

Chers concitoyens,

Mesdames et Messieurs,

Je tiens à confirmer l’engagement de Monsieur le Président de la République, du Gouvernement de la République, qu’aucun crime de ce genre ne doit rester impuni. Nous devons cela à la mémoire de toutes les victimes et à la dignité humaine des familles concernées.

A LIRE >>  Personne ne peut dire qu'un pays n'a pas besoin de constitution. Mais l'erreur, c'est de croire qu'une constitution serait la panacée.

A cet égard, il est heureux de noter, que la justice guinéenne bénéficie en ce moment même de la coopération technique des Nations Unies visant à procéder à la fouille des charniers dont l’existence est liée aux tragédies du Camp Boiro, aux événements tout aussi tragiques de juillet 1985 et de janvier 2007, afin de permettre aux parents des victimes de les identifier et permettre à la Nation de leur accorder une sépulture digne.

Mes chers Concitoyens,

Notre priorité est de préserver l’unité nationale et la cohésion sociale à travers une justice au service de la vérité.

Aussi, mon Gouvernement, réaffirme-t-il solennellement que tous les auteurs des injustices commises à l’occasion de ces événements tragiques du stade du 28 septembre seront jugés et les victimes indemnisées à la hauteur des préjudices qui leur ont été causés.

Ce procès sera, nous l’espérons, et nous nous y engageons fermement, une occasion de rendre justice aux victimes, de relever concrètement le défi contre l’impunité pour construire durablement en Guinée, un modèle démocratique ancré sur les valeurs et les principes de l’Etat de Droit.

Je vous remercie !

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

PAR CONAKRYLEMAG.COM

— conakrylemag

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.