Politique

AGEPI Iboun Condé vs Ibrahima Sory Bah  » Marco » l’affaire va-t-elle finir devant les tribunaux ?

La crise qui secoue l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI) est loin de finir, contrairement à ce qu’on pensait jusque là.

Depuis des mois, Moussa Iboun Conté et Ibrahima Sory Bah, dit ‘’Marco’’ se disputent pour occuper le poste de président de l’association. Après l’ ‘’échec’’ de la négociation de la Haute Autorité de la Communication (HAC), un congrès a été organisé en septembre dernier à l’ENAM à l’issue duquel Moussa Iboun Conté a été élu président de l’AGEPI nos confrères de mediaguinee.net ont eux un entretien avec Ibrahima Sory Bah « Marco ».

Dans cette entretien Ibrahima Sory Bah dénonce et conteste ce congrès auquel il n’a pas pris part, parce que, selon lui, il n’était pas informé. Pire, dit-t-il, ce ne sont pas les personnes habilitées à convoquer ce congrès qui l’ont fait. Ce qui, selon lui, est une violation du règlement intérieur de l’association.

“La HAC, dit-il, nous a demandé d’aller organiser des élections normales c’est-à-dire des élections sur la base du règlement intérieur de l’Agépi qui stipule qu’en cas de vacance du poste du président c’est le secrétaire général, à défaut le trésorier, qui est habilité à convoquer un congrès. Lui Iboun, il est vice-président et président intérimaire du bureau exécutif provisoire auquel j’appartiens. Il convoque une réunion en qualité de président provisoire. Puis il nous laisse là-bas. Après on entend dire qu’il est allé faire un congrès à l’ENAM. Pourquoi il n’a pas fait ça à la Maison de la Presse ou dans les espaces qui sont reconnus des lieux de rencontre de la presse. Il est allé le faire en catimini là-bas.”

Pour justifier que l’élection d’Iboun Conté n’était pas conforme aux normes, Marco souligne que ce dernier n’avait en face de lui lors du scrutin que celui qui était son directeur de campagne: “Au lieu que ce soit moi son challenger, c’est son directeur de campagne qui l’a été. Quand il a fait ça, nous l’avons suspendu au niveau du bureau exécutif provisoire. Et quand il a envoyé son fameux bureau à la HAC, celui-ci a été rejeté en bloc.”

Poursuivant ses explications, Ibrahima ‘’Marco’’ affirme qu’Iboun n’est pas ‘’légitime’’, mais que s’il tient à être président de l’Agépi, c’est pour pouvoir ‘’sortir’’ de l’argent au nom de l’association et en ‘’faire ce qu’il veut’’: “Il n’a aucune légitimité. D’abord il est suspendu du bureau exécutif provisoire de l’Agépi, mieux ce qu’il considère être son bureau dont il est le président n’est reconnu par aucune institution. Pire, on a compris pourquoi il s’est obstiné. Pendant la présidentielle, il est allé sortir 244 millions au compte de l’AGEPI pour la couverture de l’élection. Cet argent n’a jamais transité dans un compte parce que le compte de l’Agépi est bloqué. Il a pris cet argent à la CENI avec la complicité d’un commissaire. Cet argent a été sorti nuitamment. Iboun a pris cet argent pour le distribuer aux gens qui sont favorables à lui. Ceux qui ne sont pas favorables à lui n’ont reçu que deux cent mille, cinq cent mille ou huit cent mille. Il n’a qu’à d’abord justifier l’utilisation de cet argent.”

A LIRE >>  ATTENTION CNRD ! Le sang a une fois encore coulé hier, dans notre pays !

Il exige que des nouvelles élections se tiennent et annonce qu’il a déjà engagé un avocat pour se pencher sur cette affaire qui secoue l’association depuis plusieurs mois: Il faut que le bureau exécutif provisoire se réunisse, que le secrétaire général provisoire ou le trésorier appelle à un congrès. Le bureau qui sortira sur la base de ça, en fonction des statuts et règlement, sera légal. La presse écrite est déjà trop en difficultés. Si c’est un gars comme ça qui va prendre de l’argent au nom de l’association, le gère comme il veut, qui va revenir à l’Agépi après avoir fait onze ans, ça ne peut pas aller. Il y a déjà un avocat qui est en train de travailler là-dessus sur la base de ce qui est déjà fait. Nous avons engagé un huissier et un avocat. Iboun est allé casser les bureaux de l’Agépi pour s’installer. On s’en remet à la compétence de l’avocat pour mener là où le droit doit être dit.”

Interpellé sur cette affaire 224 millions, Iboun Conté a fait savoir qu’il ne se prononce pas là-dessus et que son éducation ne lui permet pas d’entrer aux bureaux de l’Agépi par effraction.

BAH Alhassane mediaguinee.net

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.