Alerte : Condé et Ouattara, une minute de plus, une minute de trop au pouvoir 
Ouattara et Alpha Condé
Ouattara et Alpha Condé

Alerte : Condé et Ouattara, une minute de plus, une minute de trop au pouvoir 

Alerte : Condé et Ouattara, une minute de plus, une minute de trop au pouvoir
D’énormes incertitudes politiques planent sur la côte ouest-africaine. Deux présidents au bilan chaotique et au destin présidentiel inattendu – grâce à la satanique main du défait Compaoré – veulent, à tout prix et contre la volonté de la majorité de leur peuple, confisquer le pouvoir et les rênes de leur État, alors que ni le temps, ni le bilan et encore moins l’âge ne jouent en leur faveur.
Le coup d’État malien, renversant l’ectoplasme et l’archi-médiocre IBK, avec zéro mort, zéro blessé, pourrait faire tâche d’huile sur des pays où les dirigeants ont encore moins de bilan et de charisme et qui veulent cependant, mourir au pouvoir, coûte que coûte. Pour y parvenir, ces vieillards fauchent d’innombrables jeunes vies et embastillent des milliers de leurs gouvernés qui sont tout simplement assoiffés de démocratie, de justice et de bien-être.
Un mandat de ces gens-là, c’est déjà trop. Déjà trop de temps perdu pour des millions de personnes. Alors un troisième, ce serait la catastrophe. Quinze ans, voire plus, de perdues pour toute une nation dans un monde qui va à la vitesse grand V. Une minute de plus est une de trop. Ni l’un ni l’autre ne doit et ne peut, sous aucun prétexte, sacrifier les chances d’épanouissement de plusieurs générations.
Il est encore temps d’empêcher l’irréparable en Guinée et en Côte d’Ivoire, deux pays stratégiques de la sous-région, chacun à leur manière, tout comme l’est le Mali. Mettre hors d’état de nuire ces deux dirigeants qui se prennent pour des monarques de l’Afrique centrale est un devoir sacré pour leur peuple dans toutes ses composantes.
La situation sociopolitique des deux pays est beaucoup plus inquiétante que celle en cours au Mali.
Alpha et Alassane ne sont guère de la classe A, en quoi que ce soit de bien. Ils représentent des menaces concomitantes et certaines pour la stabilité, non pas de leur seul pays, mais de toute la sous-région. Quand ils seront à l’abri, après avoir semé le chaos et dressé 40 millions d’âmes les unes contre les autres, quelle résolution le “club des chefs d’État” que l’on appelle la CEDEAO prendra-t-il pour protéger l’Afrique de l’Ouest contre les dommages collatéraux causés par la soif inextinguible du pouvoir de deux des leurs qui se prennent pour les pharaons des temps modernes, dans le plus mauvais sens du mot?
Les peuples ivoirien et guinéen ont soif d’alternance et d’abondance de biens (démocratie, Etat de droit, bonne gouvernance, développement, bien-être individuel et collectif…). Ils veulent un changement à leur tête. La gérontocratie, ça suffit. Sénilité rime avec stérilité.
La France, l’UE et l’ONU doivent impérativement et rapidement agir. Nous leur accordons le droit d’ingérence, de bonne ingérence, dans nos affaires intérieures. Plutôt que de gérer les crises qui pointent à l’horizon, elles doivent les prévenir. Nos deux présidents sont frappés par la limite d’âge et la limite constitutionnelle, mais ils s’arc-boutent sur leur sentiment de supériorité bien servie par une férocité absolue. Seul l’Occident peut sauver nos deux pays et toute l’Afrique occidentale. Nous les appelons de nos vœux.
IBK a été sorti de sa cachette comme une poule mouillée atteinte de grippe aviaire. Un comble de déshonneur, l’humiliation totale, sans la moindre résistance de ses soutiens. Et l’on a vu le superbe d’hier, chialer comme un enfant devant les caméras au camp de Kati. On préfère le voir, lui, pleurer plutôt que les familles maliennes qu’il a endeuillées depuis de nombreuses années.
Toute armée qui portera les aspirations nationales contre des mal élus et qui prendra les choses en main sans effusion de sang pour rétablir la démocratie, c’est-à-dire la voix véritable du peuple, et ensuite, retourner dans les casernes, cette armée là aura l’onction populaire.
Trop c’est trop ! Le Mali a donné le ton du dégagisme. Plus de place désormais à la dictature ou à la confiscation du pouvoir.
Quant aux complices et  faiseurs de dictateurs, le peuple se souviendra d’eux à temps opportun. Ils ne perdent rien pour attendre. Il y a un temps pour tout !
Habib Marouane Camara,  Journaliste-Chroniqueur.
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Cellou Dalein et Bah Oury

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin?

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin? Entre les deux, rien ne présage …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !