C’était il y a 22 ans. Notre monnaie avait encore un peu de valeur. Conakrylemag.com 1er site d'information en Guinée toute l'actualité en continu

C’était il y a 22 ans. Notre monnaie avait encore un peu de valeur.

C’était il y a 22 ans. Notre monnaie avait encore un peu de valeur. Les salaires les plus élevés étaient à un million et les employés de l’Etat ne se plaignaient pas assez. Les enseignants et médecins se contentaient du demi-million et ils travaillaient bien.

Parfois au-delà de leur possibilité. Au début des années 2000, l’économie guinéenne qui venait de faire un peu plus d’une décennie de libéralisme, commença à connaître du recule et du désordre. Rien n’a été bien fait par ceux qui décident. Et ceux parmi les privilégiés qui ont su faire le malin, sont subitement devenus riches. Depuis ils trônent au -dessus de tout le monde, sans qu’on ne sache l’origine de leur fortune.

L’économie guinéenne, fait voir la plus grande injustice. Ceux qui travaillent plus ne gagnent absolument rien. Ceux qui manipulent l’Etat demeurent les fortunés de la République. Une richesse aux origines douteuses qui aident à financer la campagne électorale. Et finalement, cela devient déterminant dans la conduite des affaires publiques. Le dirigeant et ses hommes obligés de rembourser les dettes, optent pour la gentillesse à l’égard des fortunés miraculeux. Sortis de nulle part. Parce qu’ils ont eu des postes dans l’administration. Sortis de nulle part. Parce qu’ils ont eu plus de marchés qu’autres. Sortis de nulle part. Parce qu’ils ont bénéficié de la politique de surfacturation, entretenue par les cadres véreux de la même administration publique.

A LIRE >>  Les services de police ont arrêté ce mercredi 31 mars 2021, plusieurs vendeurs de pain dans la ville de Nzérékoré.

L’économie guinéenne, c’est l’économie concentrée dans les mains d’une minorité. Des hommes et femmes corrompus qui développent un trafic illicite sur le dos de la majorité qui languit dans la misère. Cette misère est visible et les initiatives pour éliminer la pauvreté sont prises au contraire pour enrichir davantage les mêmes fortunés du drame. C’est quand il y a inflation qu’ils deviennent très riches. Ils aiment l’inflation. Ce sont eux alors qui bâtissent des immeubles au coeur des taudis. Ils n’ont même pas honte de se sentir heureux au milieu d’une population qui vit de désillusion. Une population qui se résout à travailler dure pour gagner très peu.

La pénibilité ne fait pas pitié. Le regard n’est vraiment pas jeté sur les vrais acteurs de développement. Ceux qui, perdus dans les champs agricoles, manquent des moyens de production. Les forces de production qui s’affaiblissent devant des besoins familiaux qui s’accroissent tous les jours. L’agriculture traditionnelle qui a toujours prise en charge les villages n’est plus adaptée aux réalités actuelles qui exigent de nouvelles pratiques. Pour le développement durable, il est de plus en plus demandé aux paysans de prendre en compte la protection de l’environnement. Les espaces cultivables les plus proches, se réduisent donc considérablement.

A LIRE >>  Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth est mort

C’est paradoxal, mais dans certaines zones encore, on a plus de facilité de procéder à l’abattage, l’écobuage, le labour à la main, que de mettre en valeur une plaine rizicole. Parce qu’il faut des moyens pour irriguer, labourer et désherber. Le sol est fertile, il n’y a donc aucune obligation à faire venir des tonnes d’engrais pour soutenir la production. C’est seulement lorsque le secteur agricole qui retient la majorité de nos compatriotes, sera véritablement développé, que le pays pourra lutter contre sa dépendance vis à- vis des de l’étranger. Et le franc guinéen aura de la valeur.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.