Covid-19 : Pourquoi c'est en Afrique noire qu'on veut réduire la population?
kémoko Camara

Covid-19 : Pourquoi c’est en Afrique noire qu’on veut réduire la population?

L’Inde compte 1 milliard 300 millions d’habitants, elle dépasse toute l’Afrique en démographie. Le Pakistan, le Brésil et le Bangladesh dépassent à eux trois, toute la moitié de l’Afrique en démographie.
La Turquie fait 80 millions d’habitants: soit l’équivalent des populations de Guinée, du Mali, du Togo, du Bénin, du Burkina, du Liberia et de la Sierra Leone. Sans parler du Mexique, de la Thaïlande, l’Europe de l’Est… Mais Pourquoi parmi toutes ces grandes démographies, c’est en Afrique noire qu’on veut réduire la population?
Le système mondial fonctionne sur fond de racisme. Ceci se manifeste sur tous les plans:
– Sur le plan juridique par exemple, la CPI est le Rhodes Island (Apartheid) des temps modernes où on police les dirigeants résistants.
– Sur le plan économique, la place qui nous est réservée dans la mondialisation se limite à cette mission de pourvoyeurs de matières premières devant ravitailler les industries du monde, et d’être le déversoir de tous les produits manufacturés destinés à la poubelle, ou pire des déchets chimiques.
– Sur le plan financier, seuls 7 % des Investissements Directs Étrangers IDE sont consacrés à l’Afrique. Et parmi ces 7%, seuls 3 sont consacrés à l’Afrique Noire: la zone qui a le plus besoin d’être investie, est justement la moins investie. Et cela sur des bases fallacieuses.
– Sur le plan monétaire, seule l’Afrique a ses réserves et ses tonnes d’or confisquées ailleurs.
– Sur le plan militaire, l’Afrique est le seul continent à qui la démilitarisation a été imposée. A l’OMC, on nous a refusé le commerce des armes de dissuasion. Tout est fait pour maintenir l’Afrique dans cet état de vulnérabilité extrême.
Imaginez que c’est seulement quelques pick-ups qui ont réussi à faire plier le Mali. Et comme solution, on nous impose des occupations militaires. L’Afrique risque de disparaître chers amis, si nous ne prenons pas conscience des véritables enjeux. L’Africain risque de se retrouver demain en état apatridie.
Aujourd’hui comme hier, l’Afrique est confrontée à la question virale. Donc rien de nouveau pour nous qui avons été attaqués au VIH, avec 35 millions de morts. Rien de nouveau pour nous, Congolais, Ivoiriens, Guinéens qui avions connu ebola et ses millions de morts.
Nos dirigeants doivent donc savoir que nous ne sommes pas au bout de nos peines tant que des mesures structurelles efficientes ne sont pas envisagées pour pallier à toute attaque bactériologique.
kémoko Camara
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Aladji-Cellou-et-Alpha-Condé

Course au poste, le RPG entre coups de poignard et tirs dans les pieds à l’aube du remaniement

Course au poste, le RPG entre coups de poignard et tirs dans les pieds à …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.