A LA UNEJustice et Droit

CRIEF : Face aux nouvelles accusations du Ministre de la justice contre le PM Kassory Fofana son collectif d’avocats réplique

[COMMUNIQUE]

Par une lettre en date du 11 août 2022, largement diffusée sur les réseaux sociaux, le garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a enjoint à monsieur le Procureur général, de poursuivre Monsieur Ibrahima Kassory FOFANA et quelques autres pour des infractions de « détournement, blanchiment, corruption et complicité ».

Le caractère médiatique donné à cette lettre, qui devrait être plutôt destinée à être versée au dossier de la procédure en cours à la CRIEF, conformément à l’article 37 du Code de procédure pénale, constitue une violation grave et délibérée du secret de l’instruction et un agissement délictuel de son ou ses auteurs.

Sans compter qu’un tel agissement constitue également une violation manifeste et assumée de la présomption d’innocence de M. Fofana, en ce qu’elle présente M. Ibrahima Kassory FOFANA déjà coupable d’une infraction pénale aux yeux de l’opinion.

En tout état de cause, les accusations pénales contenues dans la dénonciation publique du garde des Sceaux ne sont nullement fondées :

En premier lieu et contrairement aux allégations du garde des Sceaux, la dénonciation contenue dans sa lettre du 11 août 2022 n’est pas nouvelle.

M. Ibrahima Kassory FOFANA s’en est déjà largement expliqué, notamment au cours d’un interrogatoire du 29 juin 2022 devant la Justice guinéenne.

A LIRE >>  Et bien messieurs les juristes, il semblerait que mes questionnements vous ont soulevé l'estomac.

A cette occasion, donné toutes les explications sur les faits en liaison avec ANIES ont été convenablement fournies, ce qui a d’ailleurs permis à la Chambre de l’instruction, en l’absence de toute zone d’ombre, d’envisager d’ordonner la mise en liberté de M. Ibrahima Kassory FOFANA, assortie d’une caution de 3 milliards de GNF.
En second lieu, la Charte de la transition, les lois guinéennes ainsi que de nombreux instruments juridiques internationaux de promotion et de protection des Droits de l’Homme auxquels la République de Guinée a souscrits, font interdiction au garde des Sceaux de faire engager des poursuites contre un citoyen (dont M. Fofana, en l’occurrence) pour les mêmes faits faisant par ailleurs l’objet de poursuites par ailleurs.

Face aux violations nombreuses et récurrentes des droits de M. FOFANA, celui-ci reste déterminé à la résistance et au combat contre l’injustice et la violation constante de ses droits par l’Etat de Guinée. Contre l’instrumentalisation d’une « justice déboussolée » par la junte militaire, il entend systématiquement réagir par la saisine aussi bien des juridictions guinéennes que les instances juridictionnelles internationales et des droits de l’homme.

Fait à Conakry, le 12 août 2022
P/ LE COLLECTIF DES AVOCATS
Le Bâtonnier Djibril KOUYATE

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.